La vérité sur le blog Different Dive

La vérité sur le blog Different Dive ?

Récemment, le commentaire d’un lecteur assidu m’a donné envie d’écrire toute la vérité sur mon blog Different Dive.

En effet, il est arrivé plusieurs fois depuis la création du blog Different Dive que l’on me prête des intentions qui n’étaient ni fondées ni les miennes et plutôt que de m’en offusquer, j’ai préféré interpréter cela comme un manque de communication de ma part concernant la philosophie du blog Different Dive.

Different Dive c’est qui ?

Derrière les articles du blog il n’y a que leur auteure, Hélène, créatrice de contenu et questionneuse d’idées.
En tant que bloggeuse, c’est comme cela que je me sens depuis que ma vie a changé avec le blog

Rappelez-vous, je vous l’avais raconté ici.

Comment sont écrit les articles ?


1. L’inspiration

L’inspiration me vient généralement de mes expériences de plongées, des observations, des discussions avec les gens, des lectures,…

Je réfléchis beaucoup (même la nuit), j’écoute de la musique, je lis sur tous les sujets en rapport avec la plongée mais surtout en rapport avec d’autres choses.

La plupart du temps donc, les articles sont couchés sur le clavier d’une traite, juste par envie d’échanger avec l’ensemble de la grande communauté des plongeurs et plongeuses du monde entier (puisque chaque article est publié systématiquement en français et en anglais). Il est très rare que je les publie immédiatement.

Souvent je les laisse dans un coin et y revient 1 jour, 1 semaine ou plusieurs mois plus tard et les publie… ou pas.

Parfois, les réflexions partagées sur le blog sont le fruit de nombreuses discussions avec d’autres et notamment avec Didier, mon binôme en plongée et dans la vie (comme expliqué ICI). Ces discussions aboutissent sur l’écriture d’un article.

Rarement, l’écriture est partagée et dans ce cas, c’est clairement mentionné en début d’article.

Enfin, depuis peu, une nouvelle rubrique est composée d’articles participatifs issus de discussions sur le groupe Formation de plongée, astuces et autres petits plaisirs. Groupe créé à la suite du blog et clairement associé. 

2. L’écriture

En ce qui concerne l’écriture à proprement parler, je peux dire que j’écris partout : sur mon bureau, dans les transports en commun, en voiture (quand je suis passagère), au bord de la mer, … et dans les aéroports qui m’inspirent tout particulièrement. Pour ne rien oublier, j’ai toujours sur moi mon smartphone avec la fonction Bloc Note dans lequel j’écris tout ce qui me passe par la tête, parfois j’enregistre vocalement lorsque je suis occupée (si je conduis par exemple).

Je prends également de nombreuses photos un peu partout … et de tout.

Un article me prend entre 30 minutes et une semaine pour l’écrire (hors mise en page,…). Parfois j’écris 4-5 articles d’un coup, d’autres fois je n’écris rien pendant 2 ou 3 semaines, il n’y a pas de règles.

3. Finitions et mise en page

Le premier point de ce que je considère comme les finitions est la relecture et les corrections orthographiques. Comme j’écris l’article, que je fais maintes modifications en cours d’écriture,… il m’est souvent difficile de procéder à une relecture dans les règles de l’art car mon cerveau connait la phrase avant même de la lire. De ce fait, je suis consciente de laisser encore des coquilles que j’aperçois parfois des mois plus tard en relisant un article dont les phrases me sont devenues moins familières.

Le plus difficile pour moi cependant reste surement le choix de la (les) photo(s) pour illustrer l’article et le choix du titre.

En ce qui concerne les photos, au départ il m’est arrivé de piocher dans les bases de données de photos libres de droit telles que Unsplash ou Pixabay par exemple. Aujourd’hui, ce sont mes propres clichés que j’utilise en toute grande majorité. Très occasionnellement, ceux d’un ami proche ou de Thomas Somme.

Il n’est pas toujours aisé de sélectionner LA bonne photo qui ira avec le contenu de l’article. Non seulement parce qu’il faut qu’elle exprime suffisamment bien l’idée de l’article mais qu’elle accroche également le regard des lecteurs et leur donne envie d’aller voir plus loin. Ensuite, parce que le cliché demande souvent d’être recadré, retravaillé et adapté en terme de qualité d’image pour ne pas être trop lourd à charger sur le blog.

De plus, je ne dispose pas toujours d’une base de clichés suffisamment étoffée en regard de l’image que je souhaiterais utiliser (avis aux amateurs qui voudraient m’envoyer leurs plus belles images pour les voir éventuellement publiées 😉 )

Le point le plus complexe de la publication d’un article est peut-être le choix de son titre. Régulièrement c’est l’inspiration d’un titre qui me pousse à écrire un article. Mais tout aussi régulièrement, j’ai d’abord l’idée d’un sujet que je développe et le choix d’un titre arrive alors en dernier lieu comme une tâche ardue : si le titre n’est pas accrocheur, peu de gens ouvriront l’article alors que s’il l’est trop, les critiques du style « putaclick » fuseront. Il faut donc arriver à doser parfois un petit peu plus parfois un petit peu moins.

Certains articles que je trouvais très bons n’ont pas reçu d’écho probablement car je n’avais pas trouvé le bon titre même si j’ai pris du plaisir à les écrire.

La dernière étape des finitions (et non la moindre) avant de traduire mon article en anglais est toute la partie SEO (que je n’affectionne pas vraiment) qui servira aux moteurs de recherches pour faire sortir ou pas l’article en belle position… encore un sacré travail.

4. La publication

Enfin, c’est le moment de la publication : cliquer sur « PUBLIER » et laisser circuler les idées, les réflexions,… promesses de futurs échanges avec les lecteurs et lectrices.

L’écriture d’un article pour un blog prend du temps et demande beaucoup d’énergie et de travail, cette dernière étape est à chaque fois pour moi comme un aboutissement.

Dans le blog Different Dive, il n’y a pas de conseiller en quoique ce soit, de manager machin ou de directeur ceci… juste une personne qui a l’envie d’échanger avec d’autres pour faire évoluer ensemble le monde merveilleux de la plongée.

Est-ce que je sais tout ?

Bien sur que non. Comme tout le monde, il m’arrive de faire des erreurs, des oublis, des imprécisions,… 

Dans mes articles je propose une vision des choses, des questionnements, des idées,… Libre à chacun et chacune de les utiliser ou pas pour réfléchir sur sa propre pratique de la plongée.

Mon intention n’est nullement de dire « je sais » mais plutôt de dire « voilà comment je vois les choses, et vous ? »

Different Dive, ça rapporte quoi à qui ?

Bien qu’il soit une réelle opportunité d’être invitée de plus en plus régulièrement à participer à des événements et/ou à venir plonger dans des endroits tout autour du monde, Different Dive est un blog totalement indépendant d’un quelconque financement extérieur.

Mais lorsque l’on me demande si cette liberté financière est un choix, la réponse est oui et non :

OUI car les propositions publicitaires et autres reçues à ce jour ne m’ont pas convaincue jusqu’à présent

NON car il se pourrait qu’un jour je sois tentée d’associer le blog à une marque, une action, un événement mais uniquement si cela coïncide avec ma philosophie.

A côté de cela, si la plupart des blogs et plateformes d’information comportent des pubs Google ou autre, de mon côté, je préfère conserver la lecture libre de sollicitations sans même y mettre de la pub pour DDIVE (voilà c’est fait 😁 ), activité de mon binôme d’où est née l’idée du blog Different Dive

… peut-être devrais-je le faire, qu’en pensez-vous ?

Philosophie des publications

Entrer dans le monde du blogging, c’est entrer dans un monde très particulier où les passionné·e·s de plongée prennent de leur temps pour apporter une information parfois quelque peu différente de celle véhiculée dans la presse ou par les organismes historiques

La philosophie recherchée au travers du blog Different Dive est le désir immense de partager ensemble autour de notre passion, l’envie d’ouvrir cette merveilleuse activité au plus grand nombre et de permettre à chacun et chacune de nous de découvrir le monde sous-marin en tenant compte des particularités et des possibilités individuelles

Dans mes articles, rien n’est inventé : que des cas réels vécus, observés et/ou exceptionnellement rapportés par des personnes très proches. Cependant, dans un soucis de confidentialité, il m’arrive de changer les noms, le genre des personnes, le lieu…

Une démarche constructive

Un des objectifs de Different Dive est très clairement de remettre en question des concepts et de réfléchir ensemble sur notre pratique de la plongée.

Ceux et celles qui me lisent le savent : je n’aime pas faire les choses juste parce que « on a toujours fait comme ça » 

D’autre part, dans une optique toujours positive, en ce qui concerne les lieux visités, les centres de plongée, … vous ne me verrez jamais citer un endroit que je n’ai pas aimé, critiquer un centre de plongée où j’ai été mal reçue, etc…

Je n’écris que, et exclusivement que, sur les expériences que j’ai appréciées car ce sont les seules que je souhaite mettre en avant.

Si dans un article je cite un club de plongée, un lieu où séjourner, … vous pouvez être certain que je l’ai aimé.
De la même manière, si nous nous rencontrons dans la vraie vie, je ne citerai pas de noms sur les endroits que je n’ai pas appréciés.

La critique est bien trop facile et les réseaux sociaux et autres plateformes d’avis d’utilisateurs se chargent habituellement de faire circuler l’information négative pour empêcher d’autres utilisateurs d’éventuellement se tromper de lieu.

Ma démarche au travers de Different Dive est clairement orientée vers la construction et non pas la destruction. Et cela restera mon fil rouge, ma ligne de réflexion.

Comment vous pouvez vous aussi participer ?

C’est tout facile :

  1. Commentez les articles pour alimenter les débats et faire naître de nouveaux questionnements
  2. Privilégiez les commentaires directement sur le blog pour permettre à un plus grand nombre de personnes de lire vos retours d’expérience ou avis (c’est tout en dessous 🔽🔽🔽) et pour qu’ils ne se perdent pas dans le fil d’actualité des réseaux sociaux
  3. Partagez au maximum les articles que vous avez apprécié
  4. Suivez les trois meilleures façons pour garder le contact
  5. Enfin, soyez gentil et pardonnez moi si je ne vous répond pas assez vite, si j’oublie l’un ou l’autre projet… je finis toujours par y revenir

On continue l’aventure ensemble ?

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux / heureuse 🤗

Hélène

  1. J’adore l’etat d’esprit de ton blog, aucune vanité seul le partage d’informations compte. On ne peut qu’etre admiratif du travail réalisé. Pour la publicité, si elle est ciblée et restreinte cela ne me generai pas.
    Désolé de ne pouvoir te voir demain, je suis allé au salon aujourd’hui. Il est d’ailleurs tres bien.
    Merci encore pour ce blog et tes articles

  2. Très belle et riche initiative Hélène…!
    Continue !!
    Rien ne vaut le partage, en plongée comme partout ailleurs ✌️

  3. Hélène, tu m’as bien eu ici : je suis bien embêté pour trouver la moindre polémique ! J’adore ton blog, surtout quand ça trolle bien, alors ici je déprime un peu 😉
    Ha si, un petit complot tout de même : Tu n’as pas tout dit de ta stratégie SEO ! Quels outils, quels mots clefs, quels compétiteurs, SEM, content marketing, et tout le toutim… Je sais, c’est un peu désespéré.
    Ma dernière chance : te voir samedi midi en « direct-live » au salon !

  4. Il n y a pas longtemps que j ai découvert le blog. J aime beaucoup et je m y retrouve dans certaines réflexions /situations Vivement samedi!

  5. Ben oui, on continue…. tu ne penses quand même pas te séparer de nous aussi facilement que cela..!!! 😉

  6. Bonjour ! Rien ne vaut une mise au point bienvenue dans une époque où la « mise au poing » (trop forte celle là) est systématique sur la toile !
    Ce blog incite aux échanges de manière conviviale …c’est original par rapport à ce que l’on trouve « ailleurs ». Cette originalité doit perdurer.
    Cependant celà demande un engagement total que j’admire en l’espèce …celà s’appelle donner du temps. Peut-on donner ad vitam eternam ?
    « Savoir donner sans espoir de retour «  (Kippling) , mais à te lire , il semble que tu aies des retours , ceux là mêmes qui te permettent d’avancer …je dis encore bravo!
    Et les sous dans tout ça ? Tant de blogs génèrent des profits et font vivre leurs auteur(e)s…j’apprécie ta ligne de conduite qui te fera le moment venu et si tu le souhaites choisir un support correspondant à ta philsophie de notre activité …il sera , j’en suis certain accepté par l’ensemble des suiveurs.

  7. Comme toujours, un bel article, Hélène !
    Pour la publicité sur le blog, ça me va bien sans… ça change !
    La plupart des bloggers vivent (ou arrondissent leurs fins de mois) grâce à elle…
    Alors, tant que tu n’en ressens pas le besoin (ou l’envie), continue comme ça.
    Il me tarde demain soir !… 😉

  8. Merci de garder ce blog indemne de publicités qui sont envahissantes, couvrent les textes, rendent la page instable et gâchent la lecture. J’ai quitté des blogs à cause de cela. Sinon, keep the good job

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.