Comment réussir votre briefing de plongée ?

Le briefing de plongée, on l’apprend, on en parle, et si certains le maitrisent de manière magistrale, de nombreux plongeurs et plongeuses ne sont pas à l’aise pour le réaliser.

Pourtant, le briefing est un point capital de la préparation d’une plongée

Elément essentiel de sécurité en plongée, un briefing bien fait permettra à chaque plongeur et plongeuse de la palanquée de disposer des renseignements utiles au bon déroulement de la plongée.

C’est au chef de palanquée qu’incombe la tâche de réaliser le briefing.

Attention, lorsque vous êtes en vacances dans un centre et/ou en sortie club près de chez vous et qu’un briefing est donné pour l’ensemble des plongeurs présents, cela ne vous dispense en aucun cas de réaliser le briefing spécifique pour votre palanquée !

Pour simplifier la tâche aux débutants en matière de briefing et/ou pour le plaisir de se rafraichir les idées, je vous propose de découvrir le briefing en 5 points pour rendre votre briefing agréable, sûr et rapide… et vous laisser tout le loisir de profiter au maximum de votre plongée.

Briefing en 5 points

Au préalable, demandez à chaque plongeur et plongeuse de se munir de son logbook complet.

Point 1 : Administratif

© DifferentDive | DDIVE
  • Assurance : posez la question de l’assurance et de la date de validité (vous avez le droit de refuser de plonger avec une personne qui n’est pas assurée ! )
  • Certificat de non contre-indication à la plongée : posez la question de la date de la dernière visite médicale (moins de un an)
  • Carte de certification de niveau et de spécialité (par exemple pour une plongée au NITROX) : les plongeurs montrent leur carte de niveau de plongée et de spécialité le plus élevé
  • Date et condition de la dernière plongée (eau chaude ou froide etc..)

Point d’attention : si la personne n’a plus plongé depuis longtemps, il est utile de réaliser une plongée dite de réadaption

Point 2 : Matériel de plongée

© DifferentDive | DDIVE
  • Volume et pression de la bouteille de plongée et nature du gaz utilisé
  • Système de lest ( poches largables, ceinture de plomb, …)
  • Position de la deuxième source d’air (Octopus) et de l’inflateur
  • Autres observations : vérifiez par exemple si tous les plongeurs de la palanquée sont équipés de la même manière pour l’isolation thermique (combinaison étanche, humide, …)
  • Ordinateur de secours, lampe de plongée, boussole,parachute…

Point d’attention : le check du matériel doit être fait pour tous les plongeurs de la palanquée y compris celui ou celle qui fait le briefing et peu importe le niveau de plongée.

Si des plongeurs utilisent un matériel différent, la planification de la plongée devra tenir compte du plus pénalisant (ex :  si un plongeur est muni d’une combinaison humide et que les autres plongent en étanche ou si une personne plonge avec un bloc de 12 litres tandis que les autres utilisent des 15 litres)

Point 3 : Consignes de sécurité

© DifferentDive | DDIVE
  • Rappel des signes élémentaires : ok, ça ne va pas, j’ai froid, 100 bar atteint, 50 bar atteint, essoufflement, …
  • Que faire en cas de perte du binôme ? : donnez une consigne claire : on cherche autour de soi pendant 1 min maximum. Si on ne voit personne, alors on remonte en surface en faisant attention aux paliers obligatoires.
  • Consignes spécifiques aux conditions du jour : givrage du détendeur, …
  • Où trouver l’oxygène, un moyen d’appeler les secours, … ?

Point d’attention : même si ces consignes de sécurité vous semblent évidentes, n’hésitez pas à les rappeler avant chaque plongée pour maximiser les chances d’avoir les bonnes réactions en cas de problème.

Point 4 : Spécificités de la plongée

© DifferentDive | DDIVE
  • Caractéristiques du site : ex : nous nous trouvons sur un plan d’eau, en mer à courant, plongée de nuit,…
  • Parcours prévu : ex : nous allons aller au point C puis contourner ceci et revenir là
  • Temps de plongée : ex : nous plongerons 45 minutes
  • Profondeur maximum à laquelle on va s’immerger : il est important de définir la profondeur maximale et de se tenir à ce qui a été décidé !
  • Positionnement des plongeurs : ex : si plongée le long d’un tombant, c’est celui qui a le plus haut niveau de plongée qui se mettra côté large, présence ou pas d’un serre-file, …

Point d’attention : si pour les autres points du briefing, il s’agit habituellement d’un rappel et/ou d’une observation, ici il est essentiel d’être précis sur la plongée qui va être effectuée. Chacun doit comprendre et être au clair avec la planification du chef de palanquée.

Point 5 : Y a-t-il des questions ?

© DifferentDive | DDIVE

Ce cinquième point est essentiel dans tous les bons briefings de plongée

Parce qu’il est important de laisser un temps pour s’exprimer, d’obtenir d’éventuelles précisions sur ce qui aura été dit et/ou de s’assurer que tout le monde est sur la même longueur d’onde, vous devez laisser la possibilité à chaque plongeur ou plongeuse de pouvoir demander les précisions qu’il ou elle souhaite.

Point d’attention : ici il s’agit de questions précises concernant la plongée à effectuer. On évite de partir dans tous les sens.

Conclusion

Le briefing en 5 points est testé et approuvé (par moi 😉 ) car il offre l’avantage de reprendre l’ensemble des points indispensables à la bonne compréhension, par tous les membres de la palanquée, de la plongée qu’ils vont effectuer… tout en ne s’éternisant pas de très (trop) longues minutes dans des discours à rallonges qui risquent de faire perdre l’attention des plongeurs de votre palanquée.

Un briefing efficace ne doit pas prendre plus de 5 à 10 minutes maximum en temps écoulé (selon que vous plongez avec des plongeurs avec qui vous effectuez régulièrement des plongées où que vous êtes dans un endroit inconnu avec des personnes nouvelles).

Il ne s’agit pas d’endormir les membres de votre palanquée ni de refaire un cours théorique sur la plongée.

Vous utilisez une autre technique de briefing et/ou êtes un pro des briefings ? Enrichissez la réflexion en postant un commentaire ci-dessous et dites-nous vos meilleurs trucs et astuces

Bonnes bulles et n’oubliez pas d’être heureux 🙂

Hélène

Un bon briefing de plongée offre également l’avantage de minimiser les risques d’erreurs à ne pas faire.

  1. Salut Helene,
    Comme dit avant, le point doit être fait avant de se trouver au bord de l’eau. Si centre de plongée, au magasin, si entre amis, on doit connaître les niveaux avant de planifier une plongée profonde si la moitié son N1 ou OWD et les autres N3 ou PADI Tec…

    Autre point que je soulèverai, c’est la consommation d’air minutes. J’ai organisé plusieurs voyages pour des clients à travers le monde, et les connaissants, j’ai fait adapter les volumes de bouteilles pour les grands consommateurs d’air!
    Ce qui peut également, si le centre en dispose ou si le club ou autre…, être intéressant afin de tenter de sortir de la plongée avec une quantité d’air suffisante pour tout le monde et éviter de devoir écourter la plongée. Connaître les gros consommateurs c’est aussi les prévenir de ne pas courir sous l’eau. Si plongée contre du courant à un moment , les avoir sous la main, pour prévenir les risques. Et pour les très gros consommateurs, profites pour leur proposer un cours Sidemount éventuellement !!
    Belles bulles à toi aussi.
    A bientôt.
    Chris

    1. Salut Chris,

      Merci pour ton partage et tes astuces concernant la gestion de la consommation de gaz chez les plongeurs et plongeuses.

      Vous avez été quelques uns a soulever qu’il ne fallait pas mettre l’administratif par exemple dans le briefing. En ce qui me concerne, il m’est arrivé plus d’une fois de me retrouver sur un bateau où les divemaster ignoraient tout des plongeurs et plongeuses présentes (j’admets que c’est une faute du responsable du centre qui devrait leur fournir une liste précise) et avaient bien du mal à faire des palanquées correctement équilibrées
      Englober tout cela dans le briefing me permet de ne rien laisser passer : que l’on plonge avec des potes ou avec de parfaits inconnus.
      Je vois cela comme une saine habitude à acquérir pour savoir avec qui on plonge et comment va se dérouler la plongée. Ça prend très peu de temps mais tout le monde est au clair.
      Après, nous sommes d’accord, c’est une méthode comme une autre.
      Chacun et chacune choisira celle qui lui convient le mieux

      Bonnes plongées à toi Chris

  2. De bons rappels. Concernant la procédure de perte de palanquée, je pense que chacun doit avoir un parachute pour se signaliser en surface afin d’éviter les accidents en surface, d’une part, et être visible du bateau et des autres membres de la palanquée quand ils feront surface, d’autre part. Je pense qu’il faut intégrer l’utilisation de parachutes à la formation des le N1.
    Également, s’il faut faire un palier en plein eau, on verra où se trouve le plongeur, surtout en cas de courant.
    Bonne continuation.

    1. Bonjour Yilmaz,
      Quelle bonne idée de rappeler l’importance de l’utilisation et de l’apprentissage du parachute utile pour tous les plongeurs et plongeuses qui effectuent des plongées en mer.
      L’apprentissage de l’utilisation du parachute a, quoiqu’il en soit, tout intérêt à être appris au plus tard au tout premier niveau d’autonomie, peu importe la fédération 😉
      Merci d’avoir mis cela en avant

  3. Déjà ton texte commence mal car ce n’est pas au guide de faire le briefing mais au DP. Comme dit plus haut, l’administratif ne fait pas partie du briefing qui se réalise sur le bateau. L’admnistratif se gère en amont. Ne serait-ce que pour organiser tes palanquées. Juste avant l’immersio, c’est trop tard pour découvrir qui va faire une plongée de réadaptation au milieu de plongeurs fréquents !
    Bref, tu mélanges des choux et des carottes, même si les 2 sont indispensables. Mais tout ne se fait pas en briefing.
    Point important : le briefing se fait à haute voix devant tous les plongeurs. Le DP donne les points essentiels : durée, prérogatives, gaz, sécurité, etc.
    Ensuite le GP fera son mini briefing avec chek dive et infos spécifiques.
    Bref, il manque des choses importantes et tu mélanges les genres. Et tu te crois la meilleure.
    Bof…

    1. Bonjour Chris,
      C’est sympa de prendre de ton temps pour répondre, mais est-ce nécessaire de le faire sur un ton agressif, voir dénigrant ?
      Sache par exemple que la notion de directeur de plongée est une notion très française… et le monde dépasse les frontières de l’hexagone. Des tas de personnes plongent hors France, hors structures, hors bateaux, juste entre amis, … ils ont besoin aussi de faire le point complet de ce que va être leur plongée.
      Loin de croire que je suis « la meilleure » comme tu le dis, je ne fais que proposer une méthode de briefing, largement utilisée, parmi d’autres (chacun en fera ce qu’il voudra). Cela, pour donner un coup de pouce aux personnes qui se sentiraient un peu perdues et/ou pour se rafraichir l’esprit. Je n’impose rien…
      Manifestement, toi tu n’as pas besoin de cette méthode.
      Bonnes bulles

  4. c’est un trés bon rappel. Perso pour ne pas m’embrouiller j’utilise ce mot : palan si plon sec.
    1) les palanquées
    2) le site et ses particularités
    3) le déroulement de la plongée
    4) les rappels de sécurité

  5. Le matériel du binôme tu le voit en 5 secondes. Et généralement les capacités des bouteilles sont similaires

    PS: Dommage qu’il n’ y a pas moyen de copier des liens dans le message: je pourrais te montré une de mes fiches de brief

    1. Normalement, tu peux copier des liens dans les commentaires.
      Si tu n’y arrives pas, n’hésite pas à me l’envoyer via Facebook par exemple
      Je la regarderai avec plaisir et grande attention
      Merci 🙂

  6. Immersion et sortie sont les deux phases cruciales de la plongée pour un GP, plus encore pour des N1 ou moins (PE12, enfants …). Bien clarifier les deux procédures, entre les deux ont peut faire plus succinct. Et bien sur la communication et la sécurité. S’intéresser aussi à ce que veulent voir les plongeurs : du bio, du petit, juste de la balade, … en profiter pour cerner les personnalités, identifier celui ou celle qui pourrait poser problème, le fier à bras, le stressé ….

    1. Bonjour Patrice,
      Effectivement, l’immersion et la sortie pour les débutants sont importantes à expliquer. Cela fait partie du point 4 sur l’explication de la plongée.
      J’aime bien ton approche tournée vers les autres : s’intéresser à ce que les plongeurs veulent, cerner les personnalités,… Tu dois être chouette comme GP 🙂
      Bonnes bulles

  7. Bonne idée ce planning en 5 points.
    Point 2, pour reprendre les mots d’un de mes instructeurs référant, il ne s’agit pas de la procédure la plus pénalisante mais de la plus sécurisante.
    Pour ma part, il manque la description de la plongée, comment l’immersion, la descente, la remontée, etc.) et pour le rappel des signes, lesquels on utilisera pour les paliers et primordial, paliers profonds ou pas, etc.
    Et le plus important, quoi faire si …

    1. Bonjour Patrick,
      Ton instructeur référant a un bon esprit (c’est chouette à lire 😉 )
      Effectivement, mieux vaut le voir dans une optique de sécurité que de pénalité… bien vu.
      La description de la plongée est au point 4 et celle des signes au point 3 ( si plongée avec palier ce sera spécifié également)
      Le « quoi faire si »… on se perd est toujours expliqué dans le briefing. Pour le reste, cela est (normalement) fonction du niveau des personnes et (normalement) acquis dans la formation. Ici, il ne s’agit pas de refaire un cours théorique. Même si parfois, « l’évidence » ne l’est pas tant que cela… je suis assez d’accord avec toi
      Merci pour tes commentaires constructifs 🙂

  8. Les points 1 et 2 ne font pas partie d’un briefing.
    Point 1:L’administratif se règle avant de monter sur le bateau ou lorsqu’n prépare la sortie si on plonge du bord.
    Point 2: Le check dive se fait juste avant de se mettre à l’eau

    Un brief ne PEUT PAS dépasser 3 minutes sinon il y a une trop forte perte d’attention.
    Dans l’ordre: il faut répondre aux questions suivantes Où, quand, comment, pourquoi, avec qui

    1. Merci Jean-Claude pour ce partage de ta méthode
      Il existe de nombreuses façons de réaliser un briefing
      En ce qui me concerne c’est le briefing en 5 points expliqué plus haut qui me convient… et me permet de ne rien laisser passer 😉
      Tout les points sont importants à mes yeux dans le briefing y compris les points 1 et 2. Par exemple, comment organiser un parcours de plongée sans connaître le matériel des binômes ? ( contenance de la bouteille et donc autonomie).
      Par contre tu fais bien de reinsister sur la durée du briefing : en effet il est inutile et contre productif de faire des briefings à rallonges 🙂

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.