Piqûres, brûlures, morsures : de quelles créatures marines devez-vous vous méfier ?

Pratiquer une activité de plongée sous-marine n’est pas sans conséquences pour l’environnement marin d’une part ni pour nous d’autre part.

En nous immergeant pour réaliser de fabuleuses plongées nous nous exposons aussi à une faune et une flore pouvant représenter un véritable danger pour nous. Il est donc important de connaitre et reconnaitre les animaux marin.

Focus sur les risques et comment faire pour les éviter

Prévention 

Pour éviter toutes morsures, piqures et autres brulures parfois sévères, une seule règle à suivre : regarder et ne pas toucher

Pour vous y aider vous pouvez lors de chacune de vos plongées :

  • Bien travailler votre flottabilité (pour éviter de tout casser et de vous écraser par mégarde sur un animal marin)
  • Porter une combinaison de plongée complète même si très fine plutôt qu’un shorty court ou un simple maillot de bain
  • Garder une distance raisonnable… et respecter leur territoire
  • Rester calme pour ne pas envoyer aux animaux marins un signal d’agression.
  • Devant les grands poissons comme les requins, positionnez-vous de manière verticale afin qu’ils puissent voir que vous n’êtes pas une proie
  • Si vous êtes entré par mégarde dans leur territoire, éloignez-vous sans gestes brusques et calmement pour ne pas leur envoyer de signal d’intrusion (le baliste n’aimera pas du tout 😉

Les poissons 

Poissons pierres et poissons scorpions

Ces deux redoutables poissons ont cette particularité d’être des pros du camouflage. Posés sur une surface dure, ils se fondent dans le décor et restent immobiles. En tant que plongeurs débutants, vous aurez probablement difficile à les remarquer tant ils font corps avec leur environnement. Avec l’expérience, votre œil sera aguerri et vous les repèrerez plus facilement. Attention, leur venin peut-être mortel !

Si vous prenez la bonne habitude de ne rien toucher avec vos mains, pas de soucis, vous aimerez les rencontrer pour réaliser des photos parfois surprenantes.

Poisson pierre photographié de face
© DifferentDive | DDIVE

Le poisson lion (ou rascasse volante)

Endémique en Mer Rouge, ce poisson pourvu de nageoires dorsales contenant une puissante toxine, est un fléau dans d’autres mers du monde où il ne se prive pas de prendre le dessus sur les autres espèces endémiques. Poisson magnifiquement beau et aimé des photographes sous-marins, il n’est pas craintif et vous laissera l’approcher facilement. Normal, il sait qu’il est puissant.

Méfiez-vous de lui lorsqu’il se déploie devant vous 😉

Un poisson lion
© DifferentDive | DDIVE

Le poisson chirurgien.

Si vous le croyez inoffensif avec ses belles couleurs, vous vous trompez. Celui-là porte bien son nom avec ses deux lames positionnées de chaque côtés de sa nageoire caudale.

Elles vous couperont comme un scalpel, méfiance.

Un poisson coloré
© DifferentDive | DDIVE

Le baliste titan

Bien connu des plongeurs avec ses jolies couleurs et ses belles dents, le baliste titan n’aura pas peur de vous. Pénétrez sur son territoire et il vous attaquera sans aucune hésitation, de préférence par derrière. Il sera d’autant plus agressif si vous passez au-dessus de son territoire, préférez donc, lorsque vous le croisez, de rester au fond.

Un baliste titan près du corail
© skeeze | Pixabay

Les poissons de grandes tailles

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les poissons de grandes tailles ne constituent pas de danger pour les plongeurs.

Caranges, mérous, thons, barracudas, … ceux-là n’auront pas peur de vous et vous laisseront tranquilles si vous ne les provoquez pas. Même si cela peut-être impressionnant d’être suivi par un gros barracuda solitaire, c’est plus par curiosité qu’il agira comme cela que par agressivité.
L’avantage des gros poissons est que vous ne pouvez pas les louper et donc pas d’excuses pour les laisser tranquilles et ne pas les déranger.

Un gros poisson regarde l'objectif
© Differentdive | DDIVE

Les requins

Ces très gros poissons sont encore victimes de leur (trop) mauvaise réputation.

Si vous les craignez, je vous invite à lire l’article qui leur est consacré.

Les murènes

Poisson anguilliforme victime de son physique perçu comme effrayant, la murène est généralement calme et discrète. Attention toutefois de ne pas mettre vos doigts dans sa bouche… vous le regretteriez très probablement.

Comme on en trouve un peu partout pendant nos plongées en mer, lire ces quelques précisions pour mieux les connaitre peut être intéressant.

Une murène gueule grande ouverte
© DifferentDive | DDIVE

Les raies

Si elles sont belles à souhait, soyez prudent lorsque vous approchez des raies.

De nature plutôt craintive et adoptant un comportement calme, les raies n’en sont pas moins redoutables. Dès lors, laissez leur toujours un passage pour qu’elles puissent s’échapper lorsque vous les observez.

Alors que la raie pastenague peut, par exemple, vous fouetter avec son dard et être mortelle, la très jolie raie électrique, comme son nom l’indique, vous enverra une très forte décharge.

Regarder mais ne pas toucher, on vous aura prévenu…

Les tortues

Les tortues sont souvent nos chouchous du monde marin. Avec leur allure débonnaire et leur déplacement lent (à priori car les suivre s’avère difficile), on adore les rencontrer et les prendre en photo. Ces reptiles d’apparence tranquille n’aiment cependant pas être dérangés (mais qui aime cela ? ). Un conseil : n’approchez pas vos doigts de leurs bouches. Les tortues possèdent des dents qui vous les sectionneraient sans aucune difficulté.

Prudence donc.

Comme elles possèdent une très mauvaise vision mais détectent fort bien les mouvements de l’eau, je ne peux que vous conseiller de rester très calme et immobile auprès de ces merveilleuses créatures marines avec lesquelles il est conseillé (et respectueux) de garder ses distances. Vous voulez pouvoir les observer à coups surs ? Rendez-vous ici pour des rencontres formidables.

Une tortue qui nage vers la surface
© DifferentDive | DDIVE

Les méduses

Inutile de vous dire de rester à bonne distance de ces magnifiques créatures aux tentacules aussi gracieuses que dangereuses, on nous le répète, à raison, depuis notre enfance.

Une méduse en Zélande
© DifferentDive | DDIVE

Coquillages, coraux et autres créatures

D’autres magnifiques créatures marines peuvent représenter un danger pour les plongeurs et plongeuses.

Le corail de feu

Le corail est fragile mais peut également s’avérer dangereux. Mon binôme a malheureusement eu l’occasion de tester l’effet du corail de feu lors d’un séjour en Égypte et alors même qu’un plongeur au-dessus de lui avait cassé un morceau de corail de feu avec sa palme (faites attention à votre flottabilité !!!). Morceau qui a délicatement atterri sur sa main.

Outre les démangeaisons, il a fallu plusieurs semaines pour que la pilosité revienne à cet endroit… pas mal mais douloureux comme moyen d’épilation !

Les cônes

Ils ont de jolies formes et nous rappellent notre enfance quand nous les ramassions au bord de la plage pour en faire des colliers.

Prudence pourtant, certains coquillages ont un dard si puissant qu’il peut être mortel pour les êtres humains.

Comme il est difficile de savoir lesquels sont ou pas dangereux => évitez à tous prix de toucher des coquillages durant vos plongées !

Les étoiles de mer

La plupart des étoiles de mer sont inoffensives pour nous mais néanmoins fragiles. Si elles ont bonnes réputation, c’est sans compter la redoutable acantastaire. Magnifique étoile de mer, cette mangeuse de corail au venin puissant se cache souvent en dessous de sa nourriture. A ne toucher sous aucun prétexte.

Le serpent de mer

Avec sa petite bouche, il aura du mal à vous mordre. Il n’empêche que ce redoutable reptile marin possède l’un des venins les plus puissants du monde. Vous le rencontrerez principalement en Asie mais aussi en Australie et en Nouvelle Calédonie)

A bon entendeur…

Les urticants

Invisible mais bien embêtant, difficile de se prémunir contre le plancton irritant. Vous ne pourrez pas vous tromper s’il vous irrite. Vous sentirez une impression de piqure ou brulure vive sur les parties du corps non protégées (souvent autour de la bouche). D’où l’intérêt de porter une combinaison de plongée complète même si très fine. La sensation disparait habituellement assez vite (sauf en cas de réaction allergique) et vous pouvez continuer votre plongée.

Vous voilà donc prévenus !

Nous sommes et restons des intrus dans le monde sous-marin et nous nous devons de connaitre et comprendre comment les animaux y vivent. A nous d’adopter une attitude respectueuse, non-invasive et prudente pour éviter des incidents / accidents qui pourraient, outre le fait de déranger les animaux, avoir de conséquences négatives pour nous.

Alors, quelle attitude allez-vous adopter avec les animaux marins ?

Et surtout, n’oubliez pas d’être heureux / heureuses 🤗

Hélène

PS : si vous voulez que nous restions connectés et désirez être avertis des prochains articles publiés, inscrivez-vous sur la page Facebook, à la Newsletter ou cochez la case réservée à cet effet en postant un message ci-dessous… d’autres articles vont suivre très prochainement 🙂

  1. Bonjour,
    Pour ma part, je ne me laisse pas tenter à toucher, seulement faire quelques vagues avec ma main pour mieux voir une flabeline par exemple.
    Pourtant deux anecdotes :
    -Bien connaître avant de plonger: je n’ai su qu’après ma première plongée en sa présence que j’avais observé longuement un baliste sans connaître le risque (respect et prudence m’ont évité une morsure)
    -Bien écouter le briefing : les rascasses volentes étant en chasse la nuit, elle trouvent fort pratique que vous ayez de la lumière, attention à ne pas être rapidement envahi(e) de prédateurs venimeux à une distance devenant rapidement insuffisante pour manœuvrer en sécurité. 😉
    Voici pour mes souvenirs de ‘mise en danger’ évitée par le respect des enseignements.
    Bonnes bulles,
    Cyril

    1. Bonjour Cyril,
      Effectivement, certains poissons adorent le faisceau des phares de plongée et en profitent pour venir faire un festin. J’ai moi aussi expérimenté cela lors d’une plongée de nuit en Egypte où de grosses carangues venaient presque jusqu’à me bousculer pour venir se régaler dans la lumière de ma lampe.
      Du coup, j’ai mis la luminosité sur le niveau le plus faible et elles ont fini par s’éloigner 😉
      Comme tu le dis, le respect des enseignements et du briefing ainsi que la connaissance du milieu permettent d’éviter des incidents dans le monde sous-marin.
      Bonnes bulles à toi et merci pour le partage d’expérience qui a mis en lumière ( 😉 ) ce point supplémentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.