Plongée sous-marine : les erreurs qui peuvent aussi vous arriver

Les erreurs en plongée

Comme dans de nombreuses activités, l’apprentissage en plongée se fait majoritairement au travers de l’expérience.

➡️ Voir ici comment acquérir de l’expérience 

Cette expérience est parsemée d’essais et d’erreurs. Bien heureusement, la plupart des erreurs sont sans conséquences. Cependant en plongée, les apprenants et les plongeurs et plongeuses plus expérimentés évoluent dans un monde aquatique qui n’est pas le leur. (Quoique pour certains 🙄). Aussi certaines erreurs en plongée peuvent avoir des conséquences plus importantes et mettre la vie des personnes en danger.

Aussi, il convient de pouvoir reconnaitre ses erreurs pour ne plus les répéter. Mais aussi en tirer des enseignements et apprendre également des erreurs des autres. (Nous ne sommes pas obligés de tout tester par nous mêmes )

De nombreux plongeurs ont déjà expérimenté des oublis, erreurs de jugement,… Dont ils partagent volontiers leurs récits avec nous.

Lorsque j’ai posé la question de savoir quelle était l’expérience la plus mauvaise en plongée vécue par les membres du groupe Formation de plongée, astuces et autres petits plaisirs, voici ce que les personnes ont relaté.

Nos plus belles erreurs en plongée

Les oublis :

  • Le bloc de plongée fermé : un classique
  • Oubli des palmes
  • Oublier que l’on est en étanche et faire pipi ▶️ ce qui pose forcément un problème sur le bateau.
  • Plonger avec son appareil photo sur un site remarquable… Et oublier la carte mémoire
  • Oublier de prendre son cap sur une plongée en mer avec une mauvaise visibilité
  • Tomber en panne de pile lors d’une plongée de nuit

Les erreurs de jugement

  • Lorsqu’on encadre, prêter son masque et avoir de la buée toute la plongée… Et ne pas savoir venir en aide le cas échéant
  • Se tromper de bateau : un autre grand classique sur certains sites notamment lors de croisières en Mer Rouge
  • Partir plonger avec un binôme qui n’a plus que 90bar dans sa bouteille… Sur une profonde (forcément ça se passe mal)
  • Avoir une mauvaise perception d’un danger : apercevoir une main coincée dans une roche, ameuter sa palanquée et se rendre compte… Que c’est en fait un gant de vaisselle ▶️ se faire charrier de longues années par ses binômes
  • Vouloir ramasser les leurres de pêches et se retrouver emmêlé

Les erreurs dues à  la distraction / l’inexpérience

  • Descendre à – 52 m sans s’en rendre compte alors qu’on est N2… Et se faire sermonner par son guide de palanquée à la sortie.
  • Confondre la température de l’eau avec la profondeur ▶️ imaginer cela en eau froide
  • Mal attacher sa lampe et la voir venir fracasser le verre de son masque pendant la bascule arrière
  • Faire un essoufflement du à un bloc mal ouvert : un autre classique
  • Remonter en panique car on n’a pas assez d’entrainement de vidage de masque
  • Givrer parce que le détendeur est en position tout à fait ouvert sur une plongée en eau froide à -40m

Les erreurs en plongée qu’il ne faudrait jamais faire

  • Se laisser tenter par une plongée naturiste et avoir bien froid ▶️ on vous l’a dit qu’il faut se protéger
  • Ne pas respecter les consignes du capitaine et être happé par un autre bateau
  • Perdre son binôme et décider de continuer tout de même la plongée

Chacun et chacune a surement appris de ses erreurs et, forcément… on ne l’y reprendra plus. Parfois, une suite d’erreurs peut amener à des conséquences plus importantes. ▶️ En savoir plus ici sur la suite d’erreurs à ne jamais faire 

Heureusement, la plupart du temps, nous en sommes quitte pour une belle frayeur et/ou des rappels réguliers de nos binômes. Toujours, nous apprenons quelque chose de nos erreurs en plongée.

Mais c’est sur la réflexion de Jean-Luc que j’aimerais terminer :

« L’enseignement que je tire de cet évènement est que je planifie chaque plongée en me posant toujours la même question : suis-je capable de faire cette plongée seul ? Si la réponse est non, je ne plonge pas. »

Mais dites-moi quelles sont vos plus belles erreurs en plongée ? Qu’avez-vous appris ?

Merci à tous les contributeurs et contributrices de cet article qui ont pris de leur temps pour échanger positivement sur le groupe Formation de plongée, astuces et autres petits plaisirs. Cela, afin de partager avec tous leurs expériences d’erreurs en plongée sous-marine

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène

[ Vous voulez vous aussi participer à l’aventure des articles participatifs ? Rejoignez nous sur le groupe Formation de plongée, astuces et autres petits plaisirs ]

  1. Bonjour,je rentre d’Égypte. Lors d’une plongée, j’ai oublie brancher le direct système. Pas inquiet puisque j’ai maintenu ma flottabilité en soufflant à la bouche,mais un peu idiot du fait de l’impossibilité d’attraper le flexible.j’ai du demander de l’aide.mise en boite assurée a la sortie

    1. Bonjour Jean-Marie,

      La plongée est une activité qui se pratique avec un binôme. Bien heureusement, le binôme est là pour aider aussi par exemple à remettre un flexible oublié 😉
      De retour d’un séjour plongée, avec trois binômes très expérimentés.
      Lors d’une des plongées, un des membres de la palanquée semble en difficulté. Nous nous approchons. Il avait mal branché son direct systeme et tentait sans succès de le remettre. L’un de nous l’a immédiatement aidé et tout est rentré dans l’ordre.
      Les fautes de distractions existent en plongée aussi parce que nous ne sommes que des êtres humains 😉

  2. Hello Hélène
    Une de mes plus grandes erreurs c’est quand je ne me fais pas assez confiance, quand je m’ impose pas par rapport a un niveau plus élevé, un encadrant quand je sents ou sais que J’ ai raison.
    Je m’ explique:
    Après mon niveau 2 en Martinique première autonome avec un N3 divemaster. J’ étais chef de la pallanquée à un moment on était plus d’accord sur le trajet. Vu son pédigrée je l’ ai suivi et on c’est perdu . On est sorti très loin du bateau au parachute. Pas de dégâts un bateau de la gendarmerie nautique qui était dans le coin nous a ramené.
    De retour dans mon club Alsacien un MF1 voulait me forcer à enchaîné avec le N3. On m’ a mis dans une pallanquée de Formation. Je le sentais pas mais j’ ai pas osé dire non je me suis claqué un tympan après une remontée assistée.
    A Maurice un moniteur nous a refusé une mise a l’ eau calme avec vérification du lestage lors de la première plongée ( nouvelle combi de 5, bouteille acier). Mise a l’ eau avec largage de chaque pallanquée type dérivante.Surlesté moi J’ ai réussi à me gérer lors de la mise a l’ eau. Mon binôme N2 moins expérimenté c’ est fait un baro grave de l’oreille lors de la descente.
    En conclusion je dirais:
    Il faut être et resté concentré lors du montage de la bouteille, sa préparation avant la mise à l’ eau.Relire de temps en temps ces cours. Être honnête sur sa maîtrise de la technique de la plongéeC’ est un sport pouvant être dangeureux.Chaque erreur peut nous mettre en danger mais aussi son binôme qui doit intervenir. Il faut être responsable.
    En autonome aller voire les binômes, regarder leurs matos l’ ouverture des bouteilles, faire un briefing même si cela les fait ricaner revoir les signes, les règles, la profondeur max en fonction des prérogatives.
    En face de moniteur obtus rappeler les bonnes pratiques et refuser.
    Enfin la meilleur des règles que je m’ applique maintenant, n’ avoir confiance quand moi en premier lieu, et si je sent pas mon binôme en autonomie ou le moniteurJ”y vais plus. Si je suis crevé ou pas en forme je renonce.
    Voilà.

    1. Bonjour Sonia,

      Effectivement, tes différentes expériences montrent que tu dois aussi t’écouter toi et te faire confiance. Ne pas bruler d’étapes, rester concentré, prendre du plaisir… et ne pas oublier de communiquer avec les personnes avant, pendant et après la plongée.
      Bien sur, si on ne le sent pas, on ne plonge pas
      Merci pour ton retour

  3. Bonjour Hélène
    J’aimerais revenir sur la réflexion de Jean-Luc : “suis-je capable d’effectuer cette plongée seul ?” et si la réponse est “non”, alors je ne plonge pas……….
    Mais dans quel sens faut-il entendre une phrase pareille?
    Pour ma part, quelqu’un qui se sent capable de plonger seul est un plongeur dangereux ! S’il a cette conviction, il le fera un jour.
    Mais j’aimerais avoir d’autres points de vue.

    1. Bonjour Christian,
      Le sens est de dire : je dois pouvoir me gérer sans compter sur l’autre même si l’autre est là. Car, à partir du moment ou ton binôme a un problème tu dois gérer toi même pour toi et pour l’autre. Donc si tu réponds : oui je peux faire cette plongée seul, alors à mon sens, tu es prêt également à plonger avec un autre et a l’assister le cas échéant.
      D’autre part, il existe des formations de plongées solo. Que l’on soit ou pas en accord avec cela, elles existent et ont pour but d’apprendre à se débrouiller seul face à des situations.
      Je connais personnellement Jean-Luc. Il fait partie des plongeurs qui m’impressionnent beaucoup dans leur approche, leur intelligence, leur bon sens… Il est tout sauf un plongeur dangereux 😉

  4. Jeune N1 une de mes premier plongée en milieu naturel (mer rouge) le club m’avait gracieusement prêté une stab, pour ne pas tout avoir sur ma ceinture j’ai mis des plombs dans les poches sans les attachés. Bref, je me suis penché en avant durant la décente et les plombs sont tombés… je suis remonté, plongée gâchée.

    1. Hello Ezekiel,
      Les poches de la stab étaient-elles fermées ?
      Ce n’est jamais agréable d’avoir une plongée gâchée mais je suis certaine que “tu as appris” 😉

      1. Bonjour Ezekiel,j’étais en dessous quand les plombs sont passés. Expérience intéressante! Le plus beau c’est que le guide,deux mètres plus bas a cru que c’était moi qui l’agressait
        Sans rancune
        Jeanmarie

      2. Oui j’ai appris, je me suis assuré lors des plongées suivantes que les plombs étaient bien attachés. C’était des plombs de 2kg (2x2kg).

  5. un oubli pour ma part : j’ai attaché un masque de secours à ma boucle ventrale du gilet. quand je suis remonté, je me suis déséquipé dans l’eau pour remonter sur le bateau, en ouvrant la boucle… plus de masque ! (je m’en suis aperçu bien après :/)

  6. Une autre erreur que j’ai faite : avoir une combinaison trop juste.
    Suite à un entraînement piscine intensif en préparation du niveau 4 (que je n’ai jamais passé, mais c’est une autre histoire), mes épaules se sont renforcées, sans que je m’en rende compte, car à l’époque, je portais rarement des tops très ajustés.
    Précisions utiles :
    1 – je ne plonge pas avant le mois de mai dans nos eaux atlantiques, et c’était donc ma première plongée de l’année,
    2 – ma combi d’alors était composée d’une monopièce et d’une surcombi avec cagoule, sans fermeture éclair mais avec sous-cutale.
    Cela m’a valu un magnifique essoufflement à 25 m de profondeur, qui nous a obligés à remonter parce que je n’ai jamais pu récupérer mon souffle. Et en surface, j’étais incapable de palmer jusqu’au bateau, il a fallu que je me fasse remorquer par mon binôme… Je suis restée nauséeuse toute la journée et je n’ai pas replongé du week-end (nous étions à Belle-Île, avec quelques personnes de mon club).
    Lorsque je suis allée chez Topstar pour faire agrandir ma combi, on m’a rajouté 5 cm de néoprène de chaque côté du buste…

    1. Plonger avec une combinaison trop serrée, quelle horreur 🙁
      J’ai vu un plongeur faire cela avec une étanche vraiment trop serrée. Il s’est ensuite demandé pourquoi il avait fait un essoufflement lors de la plongée…
      5 cm de chaque côté montre que ta combinaison de plongée était vraiment trop petite.

      1. Quelquefois, des apprenants me demandent des conseils pour le choix d’une combinaison humide. Je leur conseille de gonfler au maximum leurs poumons. S’il ressentent une gêne, c’est qu’elle est trop juste…

  7. Merci pour le clin d’œil, Hélène (erreur de jugement) !
    Cette erreur-là n’était pas grave et n’a pas entraîné autre chose qu’une surconsommation d’air pendant quelques instants, mais c’est vrai que je me suis fait charrier longtemps…

      1. Cette histoire remonte à 1992… Je pense que mon binôme de l’époque l’a oubliée, et ceux à qui on l’avait racontée aussi.
        Par contre, elle est toujours aussi vivace dans ma mémoire !
        😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.