Foramen ovale perméable et plongée : 3 recommandations à suivre

Foramen ovale perméable et plongée en sécurité

On entend souvent parler du foramen ovale perméable (FOP) en plongée. Potentiel responsable sournois et silencieux de certains accidents de plongée, il est pourtant présent chez environ un tiers des gens selon mon cardiologue. Un quart selon la norme généralement admise.

Si la recherche d’un foramen ovale perméable n’est pas effectuée avant de pratiquer la plongée, c’est souvent par hasard ou plus douloureusement au détour d’un accident de décompression qu’il sera découvert.

Lorsque j’ai commencé la plongée, cette question du foramen ovale perméable m’intriguait. Aujourd’hui, Didier, mon binôme a un foramen ovale perméable. Et pourtant, il plonge depuis 25 ans et de façon régulière.

Voici pourquoi

Qu’est-ce que le foramen ovale perméable?

Pour comprendre, il faut se rendre compte qu’avant la naissance, le cœur fonctionne différemment. En effet, il n’y a pas alors de connexion entre le système sanguin et le système respiratoire. La paroi entre l’oreillette gauche et l’oreillette droite est perméable. Ce n’est qu’à la naissance que cette paroi se ferme ne laissant plus la possibilité pour le sang de passer d’une oreillette à l’autre. Dès lors, le sang dit vicié et le sang chargé en oxygène ne sont pas en contact à cet endroit.

Pourtant, il existe chez environ 25 à 30% de la population une différence de formation dans la paroi entre l’oreillette gauche et droite. Chez le reste de la population la cloison est hermétiquement fermée. Chez les personnes atteinte de FOP, cette cloison est perméable à un degré plus au moins important. Ce degré s’exprime en « grade ».

Pour faire simple, nous pourrions dire que la conséquence du FOP est qu’une partie du sang « vicié » peut retourner dans la grande circulation sans passer par le filtre pulmonaire.

C’est le cas lorsque la pression thoracique augmente. C’est elle qui va permettre l’ouverture de la “valve” entre les deux oreillettes.

Cette augmentation se produit notamment lorsque l’on tousse, éternue, va à selle (eh oui ). Mais également lorsque l’on bloque sa respiration tout en effectuant un effort.

Le foramen ovale perméable, est-ce dangereux ?

Pour le non plongeur, il n’y a pas vraiment de conséquences clairement et fermement établies.
Juste des présomptions d’augmentation du risque d’anévrisme, de migraines etc…

Par contre, chez le plongeur, il en est tout autre. En effet, si une bulle d’azote retourne dans la grande circulation à cause de la perméabilité de la cloison inter auriculaire, au lieu d’être éliminée par le filtre pulmonaire la bulle sera dirigée vers des vaisseaux de plus en plus petit. Le risque pour la bulle d’être bloquée est réel. Cela peut provoquer une maladie de décompression, c’est une potentialité.

Détecter un Foramen ovale perméable

Si le sujet vous angoisse et/ou si vous voulez savoir si vous avez un FOP, votre médecin sera le plus à même de vous conseiller sur l'examen à pratiquer.

On peut tout de même dire qu’il existe plusieurs moyens de détection : échographie trans œsophagienne (ETO), échographie trans thoracique, Doppler carotidien et Doppler cérébral (ces deux derniers détectant la présence de bulles sans nécessairement spécifier d’où elles viennent).
Cependant, le plus précis et fiable reste, selon mon radiologue, d’effectuer une ETO (échographie trans œsophagienne) qui reste un examen invasif et peu agréable.

Comment mon binôme à découvert qu’il avait un foramen ovale perméable

Didier a été décelé porteur d’un foramen ovale perméable par hasard il y a une vingtaine d’année.
A l’époque, il participait comme « cobaye » à une expérience de DAN en association avec le service d’hyperbarie de l’hôpital militaire à Bruxelles. Un des examens consistait à effectuer une échographie trans œsophagienne pour détecter le foramen ovale perméable.

Etant positif, les examens ont continué par une analyse (scan) du cerveau et différents tests neurologiques.

Le résultat montrait sa positivité mais sans avoir eu de maladie de décompression. L’analyse du cerveau s’est révélée normale et aucun test neurologique positif.

Plonger avec un foramen ovale perméable

Après une longue discussion avec Peter Germonpré, médecin hyperbare et urgentiste à l’hôpital militaire de Neder-Over-Hembeek et responsable de ce département, il a été conclu que ce « problème » de foramen ovale perméable ne devait pas empêcher Didier de plonger. Par contre, la façon de plonger a du être adaptée.

Le foramen ovale perméable de Didier ne nécessitant pas d’autres actions que des actions de prévention. Aujourd’hui, bien des années plus tard, Didier compte repasser une échographie pour vérifier si le foramen est resté au même stade.

Pour les cas plus importants de foramen ovale perméable, une opération chirurgicale existe pour refermer le FOP et semblerait bien fonctionner et être bien supportée par le patient, mais…cela reste une intervention chirurgicale avec les risques qu’elle comporte.

Précautions à prendre pour les plongeurs atteints de foramen ovale perméable

La première précaution à prendre est de... respecter l’avis médical. En effet, rien ne remplace l’avis du professionnel. Aucun conseil ou autre glané sur le web ne devrait jamais prévaloir sur l’avis du spécialiste !

Une fois que l’on est au clair avec cela, il nous est possible de suivre 3 recommandations pour plonger malgré un FOP :

1. Préparer soigneusement sa plongée :

  • Éviter les plongées profondes si elles n’offrent pas d’intérêt autre que la recherche de la profondeur. Moins vous serez saturé en azote, moins vous aurez de risque d’avoir des bulles qui passent d’un côté à l’autre.
  • Limiter le nombre de plongées (par exemple lors d’une croisière de plongée) et éviter si possible les plongées successives.
  • Préférer des gaz avec le moins d’azote possible (le NITROX est une excellente alternative pour les plongeurs atteints d’un foramen ovale perméable).

2. Adopter un bon comportement durant la plongée :

  • Ne pas bloquer sa respiration ni pendant ni après une plongée
  • Privilégiez une vitesse de remontée lente jusqu’en surface en respectant le protocole de décompression de votre ordinateur
  • Ne pas faire de Valsalva à la remontée
  • Ne pas effectuer d’efforts (on vous l’avait bien dit dans cet article).

3. Etre prudent après la plongée :

  • Ne pas faire d’efforts
  • Éviter l’augmentation de pression dans la cage thoracique. Par exemple, en bloquant sa respiration pour se hisser hors de l’eau ou pour porter sa bouteille dans le coffre de sa voiture. Dans ce cas mieux vaut expirer en portant, ou demander de l’aide à une autre personne.
  • Ne pas faire d’apnée juste après la plongée

 

Bien sûr, avant, pendant et après la plongée, suivre toutes les autres règles de base de sécurité en plongée : hydratation, repos, …

En conclusion, sauf avis contraire de votre médecin, le foramen ovale perméable ne sera surement pas une contre-indication formelle à la plongée. Par contre, il nécessitera d’adapter votre comportement de plongeur ou plongeuse.

Le foramen ovale perméable, ça vous inquiète ? Vous en avez un ? Vous ne connaissez pas du tout ?

Exprimez-vous sur ce sujet au travers d’un commentaire ci-dessous, je serais ravie d’échanger à ce sujet avec vous.

Et surtout, oubliez pas d’être heureux / heureuse 🤗

Hélène

Cet article vous a plu ? CEUX-CI devraient vous plaire également.
  1. Bonjour
    j’ai commencer la plongé il y a 5 ans et j’ai 54 ans je fait en moyenne 40 plongée par ans je suis N3 et je privilégie l’histoire des épaves . Ma dernière plongée sur le Donator pris dans un courant j’ai eu un essoufflement on est remonter a la bonne vitesse en respectant les paliers. En remontant sur bateau il a fallu que je fasse un effort assez intense pour pouvoir remonter . Une fois a bord je me suis sentie mal on a mis sous oxy est 15 mn plut tard tout est rentré dans l’ordre . Part sécurité on m’a envoyer au urgence hyperbare . Apres une batterie de test on m’a découvert un FOP .
    Ma question est : je voudrait me faire opéré d’un FOP serait il possible d’avoir des retour de plongeur ou plongeuse qui se sont fait opère
    Merci de vos retour
    Christophe

    1. Hello Christophe
      Tout d’abord, merci pour ton partage d’expérience. Bien contente que l’histoire se soit bien terminée.
      Au sujet de l’opération, qu’en dit ton médecin hyperbare ?

  2. J’ai vu un md en hyperbarre suite a un Add vestibulaire où j’ai eu le Dx d’un FOP. Je suis sur la déprime car ce dernier est pas enclin à la chirurgie pour colmater le trou puisqu’il dit qu’il y a 1-2% de risque de complication à cette opération er que c’est pour un loisir. Oui un loisir, mais pour lequel je m’entraîne au gym régulier et que je travaille pour me payer un voyage de plongée annuellement ou max aux 2 ans. J’espère tellement qu’il va changer d’avis car après 7 ans de passion en plongée sous marine, je ne veux pas clore ma vie sans replonger.

    1. J’ai eu le même soucis, on m’a refusé l’opération mais j’ai rencontré un autre cardiologue qui a accepté. C’est une petite opération bénigne, j’ai hésité trois ans et c’est idiot car cette opération ne dure que 20 minutes. Aucun FOP n’est pas refermable. Il y a des risques d’AVC sur des gros FOP et aussi des gênes et essoufflements quotidiens, cela ne concerne pas que la plongée. Certains docteurs disent que l’on devrait automatiquement les refermer. Si pour toi la plongée c’est la vie alors fonce

    2. Bonjour Claudine,
      Comme le soulignes Seb, il y a toujours la possibilité d’avoir un deuxième avis médical. Cependant, même avec un Foramen Oval Perméable, la plongée n’est pas interdite. Il convient néanmoins d’adapter sa manière de plonger.
      Bonnes plongées

  3. J’ai découvert un potentiel FOP lors d’un banal examen de contrôle. Mon cardiologue m’a alors indiqué que ça n’était pas grave à moins que j’ai l’intention de pratiquer la plongée sous marine. Ah bon ! Dommage j’ai été moniteur de plongée pendant 10 ans avec une moyenne de 3 plongées par jour 6j/7. J’ai donc découvert cette « contre indication » après quelques 4000 plongées. A 45 ans je continue de plonger malgré cet avis médical qui relève plus à moins sens de l’obligation de conseil que du risque réel.

    1. Peut-être es-tu passé “par les mailles du filet”
      Je pense que nous ne sommes pas tous égaux en termes de réaction du corps durant la plongée.
      Et je ne crois pas que les médecins se sentent obligés de faire ce genre de conseils.
      De nombreuses personnes découvrent qu’elles ont un FOP suite à un accident de décompression.
      Hasard ? Réalité ?
      Pour ma part, je ne remet pas en cause les proscrits médicaux. C’est mon choix.

  4. Merci Hélène pour cet article sur le fop que je connaissais . Je pense que je resterai très prudente sur la fréquence des plongées offertes lors de mon prochain voyage en Mer Rouge .Et à 63 ans bientôt même avec des centaines de plongées dans de bonnes conditions derrière moi j envisage un check-up à ce sujet .

    1. Bonjour Eve,
      Il est toujours possible de faire un check up pour savoir où l’on en est et, le cas échéant, adapter ses plongées. Ou bien, les adapter par défaut pour plus de sécurité en fonction de son âge, de sa condition physique et psychique,…
      Bonnes bulles

  5. Bonjour aux bulleux, je me permet une remarque et une précision.
    La remarque sur la chirurgie de fermeture du fop : le recul n’est pas très important sur les suites… comme l’article le précise avec le respect des règles de précautions la plongee est compatible avec le FOP (je rajouterai l’état générale impeccable et un systeme de détendeur bien réglé pour toute plongé).
    Pour la remarque avec ou sans FOP le risque existe pour tout le monde car mors d’un effort trop important en vasalva :
    1) vous pouvez réouvrir votre FOP néonatal… s’est pour cela qu’il ne sert à rien de se faire dépister sauf pour les plongées techniques, professionnels…
    2) vous pouvez ouvrir transitoirement des vaisseaux “extra”-pulmonaires qui laisseront passer les bulles dans la grandes circulation.

    Votre article est très bien rédigé bravo! Rappelons qu’une partie de ses phénomènes nest toujours pas completement élucider par la science.

    1. Bonjour Viensinfuse,

      Effectivement de nombreux phénomènes ne sont pas ou pas tout à fait résolus par la science. Aussi nous avons tout intérêt à respecter les règles du base de sécurité pour plonger longtemps avec plaisir.
      Merci pour ton retour sur mon article, ça fait toujours plaisir 😉

  6. Bonjour Hélène , je suis plongeuse depuis une dizaine d’années et j’ai 58 ans . Il y a 5 ans , j’ai vécu un ADD cutané « immérité « consécutif à 2 plongées profondes effectuées dans le respect le plus strict des règles pendant la préparation de mon brevet 3*. Heureusement il n’y a eu aucune séquelle grâce à l’O2 administrée à domicile pendant 3 heures (merci au matériel privé et du club et merci à mon conjoint plongeur et infirmièr pour l’administration directe d’O2) sous le contrôle de Mr Germonpré à distance grâce aux techniques modernes de communication . Il s’agissait bel et bien d’une bulle d’azote dans le tronc cérébral ! Les symptômes cutanés ne sont pas anodins ! Suite à cela, j’ai subi toute la batterie de tests à Neder -Over-Heembeek et le FOP fut détecté au service de Mr Germonpré .
    Les restrictions imposées par celui-ci ont été plus strictes que celles que vous avez mentionnées :
    _ nitrox obligatoire
    _ 1 seule plongée par 24 h ( empiriquement , même si on est désaturé Mr Germonpré a constaté des ADD suite à des plongées plus rapprochées chez des individus porteurs de FOP )
    _ profondeur max 30 m , mais préférer moins si possible
    _ ordinateur réglé sur air pour augmenter la sécu
    _ remonter 5 minutes avant palier car paliers de déco obligatoire interdits
    _ respecter le profil de la plongée : jamais « glisser « en fin de plongée même s’il y a quelque chose à voir.
    _ éviter la combinaison sèche ( de nouveau c’est empirique…)
    _ éviter l’eau froide .

    Pour le reste ,c’est valable pour tous : pas d’effort après , pas bloquer la respiration , une bonne hydratation et surtout ne pas hésiter à utiliser l’O2 si fatigue , douleurs articulaires et démangeaisons.

    Comme vous l’avez précisé , je respecte scrupuleusement les obligations médicales mais celles-ci ne sont pas toujours comprises par les autres plongeurs qui réfutent ce qui n’est pas scientifiquement prouvé .
    Pour ma part , je fais entièrement confiance à l’expérience de Mr Germonpré et je plonge avec beaucoup de plaisir dans les limites qui m’ont été fixées par l’équipe médicale hyperbare.
    Merci à vous pour cet article et bonnes bulles à tous !

    1. Bonjour Régine et merci pour ton retour
      Après un ADD et détection d’un FOP, tu as très certainement raison de respecter scrupuleusement les indications du médecin hyperbare
      L’idéal est de continuer à prendre du plaisir dans l’activité.
      Bien sur, parfois les mesures ne seront pas ou peu comprises par d’autres plongeurs et plongeuses. Mais l’essentiel est que tu respectes ton corps et les limites imposées pour continuer à plonger très longtemps en toute sécurité.
      Bonnes bulles.

  7. Bonjour, mon conjoint a été diagnostique avec un fop l année dernière suite à des maladies de deco à repetition sans raison connue. il a decide de se faire opérer cet hiver. Afin de lui laisser toutes les chances de pouvoir poursuivre sa passion, nous attendons jusqu’à l hiver prochain pour plonger à nouveau. Il y a 2 ans, il a fait une double hémorragie cérébrale spontanée. Mais on se demande maintenant s il n y a pas un lien avec son fop. as tu des infos sur le sujet, car les médecins interroges ne semblent pas s y connaitre réellement sur le sujet. merci

    1. Bonjour Magalie,

      Merci pour ce retour d’expérience.
      On voit effectivement parfois passer des articles faisant l’hypothèse d’un lien entre AVC et FOP.
      Je n’ai malheureusement pas plus de renseignements que les spécialistes.
      Cependant, j’espère que l’opération du foramen ovale perméable de ton conjoint a été un succès et qu’il pourra replonger sans soucis l’hiver prochain.
      Bonnes bulles

      1. les tests post opératoires semblent montrer que le trou a bien été ferme. mais je trouve quand meme aberrant que pendant 3 ans, tous les centres de plongee nous disent que c était sans doute une allergie au neoprene! car il a prit l avion avec de grandes parties du corps recouvertes de rougeurs à plusieurs reprises, c est un médecin mexicain qui a fait le premier des tests pour le fop. Et en plus son diagnostique a du être valide par d autres examens, car les docteurs semblaient penser qu au mexique, la médecine n était pas fiable … comme quoi, il y a encore beaucoup de chemin a faire sur l information du fop. je ne comprend d ailleurs pas pourquoi le dépistage n est pas rendu obligatoire avant de commencer. Au moins les gens pourraient decider en connaissance de cause s ils veulent ou pas prendre le risque de plonger.

      2. Bonjour,
        j’ai été opéré pour un FOP en novembre dernier suite à un ADD vestibulaire. Dans la chambre il y avait une autre personne assez jeune qui a eu la même opération que moi mais à cause d’un AVC.
        Bonnes bulles à tous

      3. Bonjour Magalie,
        Effectivement l’histoire de ton conjoint est particulière. L’allergie au Néoprène, je n’avais jamais entendu 😉
        Heureusement pour lui qu’une cause a été trouvée avant qu’il n’ait eu un ADD plus conséquent.

  8. Comme d’habitude un excellent article qui est à partager. Je suis testé négatif au FOP, mais ayant fait un petit incident immérité j’ai aussi pris la décision de plonger au Nitrox et de me contenter de plongées moins engagées à l’avenir.

    1. Merci Stéphane 😉
      FOP ou pas FOP, plonger au NITROX et se contenter de plongées moins engagées est souvent une bonne décision
      A très bientôt

  9. Bonjour Hélène . Arrivée tard à la plongée, j’ai vite fait contrôler mon cœur. Pas de FOP pour moi. Dans mon club ( loin de la mer) une monitrice a une monoplégie à cause d’un fop dont elle ignorait l’existence. Niveau MF1 elle avait fait déjà de nombreuses plongées avant son triste accident. Après avis médical elle a repris la plongée dans les paramètres de sécurité . Elle peut donc se faire encore bien plaisir.

    1. Bonjour Nelly,
      Quelle triste histoire pour la monitrice dont tu parles. A priori nous devrions toujours privilégier les comportement de plonger les plus sécurisants possibles.
      C’est une chance pour elle d’avoir néanmoins pu continuer à pratiquer sa passion en tenant compte de son foramen ovale perméable.
      Merci d’avoir partagé ce témoignage avec nous toutes et tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.