Formation théorique : nos 5 sujets préférés… vraiment ?

Formation théorique de plongée

La plongée est une des activités de loisir qui demande le plus de connaissances et de compréhension de concepts théoriques. En effet, elle est pratiquée dans un environnement qui n’est pas notre milieu naturel. Dès lors il convient de suivre une formation théorique de plongée minimum nécessaire pour bien appréhender ces différents concepts.

De la compréhension du corps humain en passant par les réglementations spécifiques, de très (trop?) nombreuses thématiques sont abordées lors du cursus de formation des plongeurs et plongeuses.

La formation théorique de plongée n’est pas toujours ce que préfèrent les apprenants. Certains peuvent même se décourager face a des matières parfois bien trop lourdes et rébarbatives. S’il conviendrait certainement d’alléger l’une ou l’autre matière, nous pouvons, heureusement, trouver nos sujets favoris dans la formation théorique de plongée.

“Lors de votre formation, quelle matière théorique vous a le plus passionné ?”

Toutefois, lorsque l’on interroge la communauté des plongeurs et plongeuses, les réponses sont variées.
Petit tour d’horizon des sujets qui nous plaisent le plus

Nos 5 sujets préférés dans la formation théorique de plongée

1. Déroulement de la plongée

Planification

Les questions relatives à la planification sont pointées comme intéressantes dans le cadre d’une formation théorique. Premier pas vers une plongée en toute sécurité, la planification est un point majeur sur lequel il convient d’insister.

“Plan your dive and dive your plan” disent les anglos-saxons.

Et ils ont bien raison. Vous avez prévu une plongée à maximum -35m de fond pendant 45 minutes ? Tenez vous-y et mettez en place les éléments qui vous permettront de la vivre en toute sécurité : Briefing complet, gaz en suffisance, matériel adapté,…

Une planification claire est un gage de sécurité. Car en se préparant on peut lever des incertitudes, faire apparaitre des choses auxquelles on n'avait pas pensé et partager avec les autres pour que chacun ait une idée la plus précise possible de la plongée qui va se dérouler

Orientation

Bête noire de nombreux pratiquants en plongée sous-marine, l’orientation mérite d’être abordée dans la formation théorique de plongée : Comment se repérer sous l’eau ? Comment prendre un cap ?… 

Mais dans ce domaine précis, rien de tel que d'expérimenter encore et encore. N'hésitez pas à vous porter candidat pour faire la direction de palanquée dès que l'occasion se présente. Vous arriverez petit à petit à mieux vous repérer.

2. Le corps humain

Physiologie

Impossible de comprendre les concepts liés aux effets de la plongée sur le corps sans s’intéresser un minimum à la physiologie. Comment fonctionne la respiration ? Le système circulatoire ?  Quelle relation nez-gorge-oreille ?…

On ne vous demande pas de devenir médecin, biologiste, infirmier ou pharmacien. Juste de comprendre un minimum le fonctionnement de votre corps en surface. Ceci avant d'appréhender ses réactions lorsqu'il sera soumis à la pression sous l'eau.

Accident de décompression et accidents barotraumatiques

Donc, prévenir, reconnaitre et réagir adéquatement face à un problème est essentiel lorsque l’on pratique la plongée sous-marine. Que ce soit pour soi ou pour ses binômes, vous devez pouvoir avoir les bonnes réactions.
La compréhension des incidents et accidents de plongée mais également la PRÉVENTION doivent occuper une place majeure dans la formation théorique de plongée. Car l’essentiel n’est-il pas de revenir heureux, vivant … et en bonne santé ?

Comment reconnaitre un ADD ? Mon binôme est narcosé, que dois-je faire ? Je commence un essoufflement,…

Certes, on le sait, la prise en charge du plongeur accidenté requiert une rapidité dans le déclenchement de la chaine des secours. Aussi, à mon sens, on n'insiste jamais assez sur ce point lors de la formation théorique en plongée.

3. Lois physiques et la décompression

Lois physiques

Apprendre les lois physiques, pour quoi faire ?
Archimède, Boyle et Mariotte, Henry et Dalton.
Si vous avez suivi une formation de plongée, il y a fort à parier que ces noms vous sont devenus familiers.
Les lois physiques permettent entre autre d’expliquer les accidents barotraumatiques et les accidents de décompression.

La connaissance des formules n'est pas indispensable. Cependant, comprendre les mécanismes sous-tendus par ces lois est nécessaire afin de donner du sens à nos plongées (vitesse de remontée, lestage, formation des bulles, paliers de décompression,...)

Décompression

Qu’est-ce que la saturation ? Comment l’azote va quitter mon corps à la remontée ? Pourquoi doit-on faire des paliers ?…

La décompression est un phénomène physiologique inéluctable en plongée. Impossible de réaliser une plongée en toute sécurité sans tenir compte de ce qui va se passer dans le corps de la personne lors de la remontée à la suite d’une immersion d’une durée donnée à une profondeur donnée.

En effet, il faut d’abord bien comprendre comment le corps se comporte quand on le met sous pression (à la descente) puis lorsque on le met sous dépression (à la remontée).

On ne peut faire l’économie de la compréhension des concepts de saturation et de désaturation. Ceci afin d’éviter à tous prix que l’élimination de l’azote à la remontée se fasse de manière anarchique. Ces concepts physiologiques (et le rôle de l’azote) doivent être bien assimilés avant d’aborder, éventuellement, l’étude des tables de décompression.

Pas besoin donc de s'acharner à réaliser de longs et fastidieux calculs. Les tables de décompression seront utilisées pour illustrer la quantification du couple temps et profondeur de plongée. Mais dans la pratique, durant la plongée, vous n'utiliserez jamais une table. Les ordinateurs calculeront pour vous, mieux, plus vite et plus précisément ▶️ en savoir plus ici.

Les algorithmes

L’étude des algorithmes de décompression pour la plongée loisir ne m’apparait pas indispensable. Bühlman , VPM, RGBM,… Outre la curiosité et l’intérêt historique, doit-on connaitre les détails de ces différentes théories pour plonger en toute sécurité ?

Mon sentiment est que certains cours théoriques vont beaucoup trop loin dans le cadre de la plongée loisir. Ainsi, tout le monde ne doit pas devenir physicien pour prendre du plaisir en plongée. D'autant que les constructeurs modifient souvent l'algorithme selon leur vision des choses.

4. Les spécialités

Il existe quantité de spécialités dans les cursus de formation de plongée. On peut tout à fait considérer que les spécialités fassent partie d’un choix optionnel dans le cadre des formations. De ce fait, elles ne les abordons pas directement. Toutefois, notons que deux d’entre elles ont la préférence des plongeurs et plongeuses

La plongée Bio

La plongée bio semble faire de plus en plus d’adeptes et vous êtes nombreux à aimer avoir une formation théorique de plongée bio. Reconnaitre les espèces vous passionne tout autant que de faire de nouvelles découvertes. À ce propos, les sites comme Doris sont des mines d’infos car ils aident les passionnés à se perfectionner.

Que ce soit dans le cadre de la prévention, dans un esprit naturaliste ou dans une optique écologique, les cours de plongée bio ont la côte dans les programmes de formation.

Nitrox

Le NITROX est le gaz de référence utilisé dans des destinations comme par exemple l’Egypte. Les croisiéristes vous offriront même parfois votre formation pour s’assurer que vous l’utiliserez.

Calcul de PpO2, limites d’utilisation,… vous aimez savoir tout sur ce gaz identifié en jaune et vert.

La plongée au NITROX est accessible à chacun et chacune d'entre nous. Cependant, elle requiert une formation minimum.

5. Les réglementations

La plongée sous-marine est soumise à des règlements, lois,… spécifiques aux endroits où vous vous immergez.
Lois du pays, règles particulières du plan d’eau et prérogatives de son organisme de certification.

Qu’est-ce que le code du sport français ? Pourquoi y a-t-il une interdiction de dépasser les -40m à l’air en Egypte ? Quelles sont les recommandations particulières de la plongée en Zélande ? Les prérogatives de ma filière de formation sont-elles disponibles en ligne ? …

D'une façon générale, les restrictions ne sont pas là pour embêter les plongeurs mais pour assurer leur sécurité. Dès lors, chacun et chacune doit connaitre les grandes lignes de ce qu'il peut faire et, surtout, savoir où trouver l'info spécifique. Ces points peuvent être abordés dans la formation théorique de plongée.

La formation théorique de plongée peut rebuter ou passionner mais elle laisse rarement indifférent. Et vous, quels sont vos sujets préférés ?

Postez un commentaire directement ci-dessous pour partager avec toutes et tous votre point de vue

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux / heureuses 🤗

Hélène

Envie de tout savoir sur nos sujets préférés ? C’est aussi ici que cela se passe 

  1. Bonjour à tous,
    Peut être cela a t il déjà été abordé dans un autre post, mais la question principale reste à mon avis : à quoi sert la formation théorique en plongée ? Je ne sais pas si il y a des sujets préférés dans l’ensemble de cette formation théorique mais le back ground de chacun orientera ses préférences vers tels ou tels sujets. C’est ce que dit plus haut Nicolas. Pour ma part, de formation médicale, j’avoue m’intéresser beaucoup à la physio-pathologie de la plongée, c’est à dire toutes les conséquences de l’immersion sur notre organisme, qu’elles entrainent des effets délétères ou pas (sachant qu’il y a toujours un risque d’effets délétères sur notre organisme en plongée…Et comme je dis à mes élèves : on n’est pas des poissons !). Cet intérêt pour tel ou tel sujet peut aider à la transmission de quelques savoirs, on enseigne mieux ce que l’on connaît bien.
    Mais cela ne répond pas à la question de savoir à quoi sert l’enseignement théorique en plongée ?
    Est ce que finalement, ce n’est que la prévention des accidents, pour soi même au début de la formation et pour les autres quand on atteint le N4 (hormis quelques sujets juridiques ou de réglementation, encore que…) ?
    Alors c’est vrai, faut il enseigner la théorie des compartiments dans ce cadre ? Je suis assez d’accord avec ce qui a été écrit plus haut, à savoir que le maniement de l’ordinateur et la compréhension des informations qu’il nous donne sont essentiels à la sécurité de nos plongées. Dans mes formations, j’insiste beaucoup là dessus, mais j’avoue que parfois, c’est difficile : hétérogénéité du parc des ordis des élèves, pas de mode de démo, tout cela reste très théorique. Les modèles utilisés par les ordinateurs restent assez obscurs et complexes, alors pour aborder l’enseignement de l’utilisation de ces ordis, on est un peu obligé de passer par les tables qui restent un modèle de déco simple et facile à comprendre.
    Je m’éloigne un peu du sujet du post, mais la connaissance des processus de déco utilisés par nos ordis est un sujet qui m’intéresse aussi beaucoup et pour lequel je ne trouve pas souvent de la bonne info. Auriez vous des sources d’infos là dessus ?
    Encore merci Hélène pour ton blog qui nous permet de partager nos points de vue ou de transmettre nos interrogations, profitez tous de la mer, bien amicalement.
    Alain

    1. Bonjour Alain,

      Ta question est (très) intéressante : à quoi servent les cours théoriques ?
      Spontanément, je dirais qu’ils servent à donner du sens à ce que l’on enseigne dans la pratique.
      Mais j’aimerais me pencher plus encore sur ce sujet dans un article futur.
      Le back ground des apprenants va forcément orienter leurs préférences. Et c’est toute la complexité pour le formateur qui se retrouve devant une classe souvent très hétérogène.
      Cela me rappelle ma formation. A l’époque, le formateur (ingénieur passionné par la décompression et les algorithmes) nous parle des compartiments. Je dois bien reconnaitre que, outre mon manque d’intérêt, je n’arrive pas bien à conceptualiser comment on peut “trancher des gens pour les mettre dans des cases” (ce que je percevais à ce moment là 😉 )
      Vient la question d’un apprenant, docteur en chimie, qui demande s’il est possible d’approfondir ce point.
      Heureusement pour moi (et le reste de la classe ?), le formateur a eu l’intelligence de répondre qu’il le ferait avec plaisir lors d’une conversation juste avec le docteur en question. Ce qu’ils ont fait. Nous étions sauvés.
      En ce qui concerne ta question sur les processus de déco utilisés par les ordis, à ma connaissance, les constructeurs choisissent un algorithme et le modifient “à leur sauce” sans en donner plus de détails. Ils disent dans le mode d’emploi, l’algorithme choisis et le fait qu’ils l’ont adapté.
      Merci pour ton retour positif sur mon blog, ça fait plaisir
      Amicalement.

  2. Tout à fait d’accord sur le point 3

    Quand j’ai passé la théorie du N2, j’avais l’impression de repasser les épreuves physiques du bac.

    Connaitre les principes , oui.
    Calculer, aux tables en plus , les paliers et heure de sortie sur deux plongées successives…..
    Bientôt il faut faire polytechnique pour plonger 20mn à 20 m

    1. Bonjour Franck,

      C’est en effet parfois le sentiment que des personnes ont en effectuant les cours théoriques de plongée malheureusement

  3. Je plonge pour me faire plaisir, parfois aussi pour partager cette passion. Quand on partage, on a tendance à expliquer le comment et le pourquoi, alors il vaut mieux avoir emmagasiné un tout petit peu de théorie avant.
    De là à savoir identifier et nommer les petits osselets dans l’oreille interne ou de pouvoir calculer sa propre décompression, il y a un monde. J’avoue qu’en zappant l’étude des compartiments et des tables, notre chère Fédération française a fait de grands pas vers la plongée loisir 🙂

    1. Bonjour Charles,

      Effectivement, enseigner sans savoir ce que l’on enseigne est une démarche pour le peu douteuse
      Les formateurs, en plongée comme ailleurs, doivent maitriser un minimum de théorie s’ils veulent pouvoir transmettre leur passion.
      La FFESSM a réellement zappé l’étude des tables et des compartiments ?

  4. Bonjour Hélène,
    Dans un article de 2017, vous annonciez que les américains pensaient à exclure l’enseignement des tables en théorie de la plongée. Savez vous où cela en est ?
    Perso (MF1) il y a longtemps que je n’enseigne plus les tables, par contre, je peux aller assez loin dans le fonctionnement de l’ordinateur suivant ceux utilisés. Par exemple expliquer les gradients factors des modèles Bhulmann pour les détenteurs de Shearwater par exemple.
    Merci pour votre réponse
    Laetitia

    1. Bonjour Laetitia,

      J’avoue n’avoir pas vraiment suivi. J’imagine qu’il suffit de poser la question à un instructeur PADI ?
      Pour ce qui est des tables, je suis comme toi. Je préfère de loin que les apprenants comprennent le fonctionnement de leurs ordinateurs que de faire d’interminables calculs de tables 😉

      1. Bonjour,
        Instructeur PADI (et autre), nous enseignons toujours les tables, mais il n’y a plus de questions dessus à l’examen.
        Après, mon choix personnel sera toujours de continuer à les enseigner. Elles sont un bon segment pour lier l’histoire de la plongée, et la physiologie, je trouve.

  5. Durant mes différentes formations théoriques (quasi exclusivement dispensées par des clubs associatifs affiliés à la Ffessm), il m’a été donné d’aborder tous les thèmes décrits dans l’article hormis celui concernant l’étude des algorithmes.
    Il est vrai que certains points pourraient être allégés, notamment ceux ayant attrait aux lois de la physique… Pour autant, j’admets que certains concepts sont indispensables à la bonne compréhension de notre activité.
    Formation juridique oblige, ma thématique préférée concerne la réglementation, en particulier les notions de responsabilité et les questions/conditions liées à sa mise œuvre.
    À mon sens, ce ne sont pas forcément les thèmes abordés qui rendent la formation théorique barbante, mais plutôt des défauts ou parfois même l’absence de pédagogie de la part de certains enseignants. Mais ceci relève d’un autre débat 🙂

    1. Bonjour Nicolas,

      Merci pour ton retour
      J’imagine bien qu’au regard de ta formation juridique, les questions liées à la réglementation doivent avoir ta préférence. C’est intéressant la notion de responsabilité mais pas toujours suffisamment (bien) abordée me semble-t-il.
      Je te rejoins, la formation théorique rebute régulièrement a cause d’un manque de pédagogie des formateurs. Mais peut-on leur en vouloir en sachant qu’ils ne sont que peu (pas, ou presque pas) formés ni à la didactique, ni à la pédagogie ni aux liens entre les deux ?
      Bien heureusement, il existe pléthores de formateurs qui ont un sens inné de la pédagogie et qui vont, par l’expérience trouver des trucs et astuces pour rendre leurs cours intéressants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.