Mes 5 conseils pour prévenir les accidents de plongée

Les accidents de plongée, on en parle, ils nous font peur et puis on les oublie jusqu’à ce qu’un accident relayé par la presse nous rappelle que nous évoluons dans un monde qui n’est pas notre milieu naturel et qui peut être hostile voir dangereux.

Certains incidents et/ou accidents de plongée surviennent alors que toutes les conditions et règles de prudence et de sécurité sont respectées. D’autres résultent de suites de petites erreurs (lisez l’article « Accident de plongée : comment éviter la suite d’erreurs à ne jamais faire  » pour vous en persuader) ou d’ennemi invisible (un foramen ovale perméable, une allergie non connue,…).

Si nous ne pouvons pas mettre 100% de chance d’éviter les accidents de plongée de notre côté (sauf en renonçant à plonger), il existe pourtant des actions à mettre en place pour augmenter notre sécurité en plongée.

1 Forme physique et mentale

On croise encore trop souvent sur des sites de plongée des « supers plongeurs » qui, même s’il ne sont pas en forme, même s’ils ont fait la fête (un peu trop) la veille,… ne renoncent pas à s’immerger.

La prudence pour soi recommande pourtant de préférer passer son tour une fois de temps en temps plutôt que de se mettre en danger soi… et les autres qui nous accompagneront.

Dans le même état d’esprit, vous verrez souvent sur les sites de plongée des « vieux plongeurs » qui continuent à plonger aujourd’hui comme hier faisant fi du temps qui passe et de l’effet sur leur corps des immersions.
On les retrouve d’ailleurs malheureusement trop souvent dans les titres accidents de la presse qui mentionne qu’ils sont pourtant expérimentés.

Question forme et santé, n’oubliez pas qu’une activité physique régulière vous aidera aussi à vous sentir bien tout comme une bonne hydratation avant et après vos plongées !

Plongez seulement si vous êtes en bonne forme physique et mentale

2 Matériel

Inutile de continuer aujourd’hui à plonger avec du matériel usé ou désuet. Le matériel de plongée s’est depuis longtemps démocratisé, plus d’excuse de remiser au placard votre bon vieux mistral 😉

De la même manière n’oubliez pas que votre matériel de plongée est votre assurance sécurité et qu’il doit être entretenu régulièrement… même si vous ne l’avez quasi pas utilisé, il vieillit !

Certains diront parfois que l’on peut entretenir soi-même son matériel.
Personnellement, je déconseille de le faire

D’autant qu’en cas de problème, la justice vérifiera si vous avez suivi les prescriptions du constructeur, notamment en terme d’entretien.

3 Planifiez votre plongée et plongez ce que vous avez planifié

On ne le dira jamais assez, une plongée se prépare, se planifie et il convient de respecter ce qui a été prévu. Ne changez rien à ce que vous avez planifié : vous avez décidé de plonger à maximum -35 m lors du briefing ? Inutile de modifier la profondeur en cours de parcours. Vous ou l’un de vos binômes pourrait être pris de panique, d’essoufflement (dû au stress du changement), de panne d’air,… ou de toutes autres situations pouvant mener à un accident de plongée
Si vous vous êtes trompé dans votre planification, préférez prévoir une plongée suivante sur le même site mais avec d’autres paramètres 😉

Une exception cependant à cette règle : si les conditions une fois sous l’eau sont différentes de celles annoncées. Dans ce cas, il faudra revoir certains paramètres (temps, profondeurs, direction,…) en choisissant une alternative allant vers plus de sécurité. C’est le cas notamment quand on vous annonce sur le bateau un très faible courant et que vous vous retrouvez dans le fond à devoir palmer vigoureusement pour atteindre le point d’intérêt.

4 Respectez vos prérogatives : rien ne sert de vouloir bruler des étapes et/ou de se faire peur

C’est une erreur que la quasi-totalité des plongeurs et plongeuses feront au moins une fois dans leur activité de plongée. Bruler une étape, vouloir aller plus profond, plus longtemps, plus vite dans sa formation sans se laisser le temps d’intégrer les acquis,…

Je remarque que ces expériences débouchent malheureusement régulièrement sur des petits incidents et/ou frayeurs qui en soit ne sont pas toujours importants mais qui impriment une angoisse inutile chez la personne qui aura parfois tout le mal du monde à la dépasser.

Vous voulez continuer à plonger avec plaisir ? Prenez votre temps 😉

5 Binômes : importance de la communication

Avant la plongée, on se met bien d’accord sur ce que la palanquée va faire et sur les signes et procédures (ex : si on perd son binôme,…)
Actuellement, il n’est pas encore possible de communiquer efficacement et rapidement sous l’eau autrement que via les signes de plongée et (éventuellement) les ardoises submersibles

Habituez-vous à réaliser des briefing avant chaque plongée même s’ils sont rapides et succincts. L’important est de savoir comment vous allez plonger et les consignes particulières du site sur lequel vous vous trouvez

Une fois sous l’eau, communiquez régulièrement les informations à vos binômes. Par exemple votre consommation, le temps restant avant palier, si vous avez froid, si vous avez peur (relisez l’article « même pas peur » à ce sujet),…

 

Outre ces 5 règles de base, vous pouvez également, en termes de connaissances, choisir de ne pas vous limiter à votre seule formation : continuez à faire preuve de curiosité et à apprendre tout au long de votre vie de plongeur… pour des plongées plus sereines, plus riches, avec plus de plaisir et en toute sécurité.

Et surtout, … n’oubliez pas d’être heureux/heureuse 🤗

Hélène

  1. Comme toujours merci hélène pour ces conseils avisés , je relate un incident qui m’est arrivé en novembre dernier, j(e suis N2 et AOW et j’avais à ce moment là environ 400 plongées). J’étais accompagné par mon binôme préféré ( mon compagnon N3 et un autre plongeur très expérimentés tous les 2 ), ce jour-là , j’avais subi un stress psychique et alors que nous étions à 25 m de profondeur sur un site de l’île Maurice que je connaissais déjà , brutalement alors que j’avais plus de 100 bars dans ma bouteille , je me suis sentie anxieuse pas loin de paniquer alors qu’il n’y avait aucun élément inquiétant , j’ai signalé à mon binôme que je voulais remonter , tous deux sont remontés avec moi et nous avons rejoint le bateau …. avec une plongée écourtée. Juste pour re-dire l’importance qu’un désagrément psychique peux influencer notre comportement en plongée ….
    à bientôt et continue ce blog Hélène !! Bonnes plongées !

    1. Bonjour Frédérique et merci de partager avec nous toutes et tous ton expérience.
      Effectivement je pense que la bonne forme physique ET mentale est un facteur important dans la garantie de notre sécurité en plongée.
      Le stress joue beaucoup sur l’adéquation de nos réactions face aux situations rencontrées surtout dans l’environnement marin qui n’est pas notre environnement naturel.
      Ce n’est pas grave si vous avez écourté une plongée… je suis certaine qu’il y en a eu d’autres depuis 😉
      Et bravo à tes binômes d’être remontés avec toi et de ne pas avoir essayé de te faire continuer cette plongée (si, si, … ça arrive :- ( )
      Bonnes plongées à toi et à bientôt sur un autre article ?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.