Pourquoi passer mon troisième niveau de plongée sous-marine ?

Cette fois, c’est décidé vous voulez acquérir toute l’autonomie de plonger jusqu’à 40m et plus.

Les épaves et autres spots mythiques n’attendent plus que vous !

Ce troisième niveau va dès lors vous permettre d’approfondir vos connaissances et vos aptitudes et fera de vous un plongeur confirmé pouvant goûter l’aventure de plongée en milieu naturel dans de très nombreuses situations. Objectif ? Créer les conditions qui vous permettront de découvrir de nouvelles sensations et des moments intenses dans toutes les mers du monde. Gestion des plongées avec paliers, mise en place des consignes de sécurité dans votre palanquée, compréhension des causes et symptômes des accidents de plongée, utilisation aisée de votre matériel, gestion de la profondeur,… ce troisième niveau va vous donner les connaissances multiples et l’expérience pour plonger avec plaisir en toute sécurité.

Chez Naui par exemple, le brevet de Master Scuba Diver vous permet d’évoluer de manière autonome jusqu’à 40 mètres de profondeur.

Du côté de la CMAS, le plongeur niveau 3*** terminera sa formation globale de plongeur au travers de la maitrise de toutes les techniques de plongée d’un point de vue théorique que pratique. Il acquérera les compétences pour gérer une palanquée. Ce brevet permet d’évoluer jusqu’à une profondeur également de -56 mètres à l’air avec un buddy de niveau similaire ou supérieur.

C’est parti maintenant pour plonger librement en toute autonomie.

Et surtout, …n’oubliez pas d’être heureux 😃

Hélène

  1. Moi J’ai fait mon N3 pour une épave la Roraima à Saint Pierre, Martinique. J’ ai beaucoup plongée en Martinique, J’en ai entendu parler et J’ ai eu envie de la faire, depuis que J’ avais vu le reportage dans ” les carnets de plongées de M. Le Guen”.
    Je recherche pas forcément la profondeur ni l’ autonomie . Je voulais gagner en expérience et en sécurité. J’ ai attendu d’avoir 100 plongées pour le faire. Depuis je sais que je suis mieux armées pour la plongée. Beaucoup d’épaves sont entre 40 et 50 m maintenant je sais que je peux y aller, si J’ ai envie.
    J’ai trouvé le N3 moins difficile que le n2. La marche me semblais moins difficile à monter. JC ai pris de l’assurance.
    J’apprend toujours encore des différents plongeurs et encadrants que je côtoie et des différentes situations au quelles je suis confrontée.
    Maintenant J’aimerais faire initiateur, pour transmettre un peu mon savoir, ma passion. Mais ce niveaux est difficile, et demande un investissement de 1, 2 ans avec des entraînements toutes les semaines. En septembre je vais voir si m’ a hiérarchie peut aménager mes plannings sur les entraînements . Et si ok je vais trouver un club associatif.
    Juste un détail la Roraima je l’ai faite en 2017, c’était super cela valait la peine d’avoir fait le N3.
    Sonia

    1. Merci pour ce retour Sonia,
      Le Roraima en Martinique est peut-être bien mon épave préférée.
      J’y ai fait pas mal de plongée guidée par un passionné.
      Effectivement, passer ton troisième niveau te donne toute l’autonomie nécessaire pour maximiser tes expériences. Le niveau d’initiateur est une autre démarche. Une démarche de transmission finalement de ce que d’autres ont pu t’apprendre.
      J’espère de tout coeur que tu pourras réaliser ce parcours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.