Plonger avec un enfant souffrant de TDA(H)

L’enfant, la plongée et le TAD(H)

Le TDA(H) fait régulièrement parler de lui. Trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, le TDA(H) chez l’enfant peut provoquer des difficultés d’adaptation scolaire, sociales, personnelles, familiales et/ou dans son activité de loisirs telle que la plongée.

Pour les familles, il représente une difficulté majeure dans l’éducation et peut faire naitre des souffrances. Notamment au regard des échecs et rejets auxquels l’enfant risque, plus qu’un autre, de devoir faire face.

Si, selon les pays, des solutions sont mises en place dans l’accompagnement des enfants, des familles et de la scolarité des enfants souffrant de TDA(H), en ce qui concerne les activités sportives, cela peut s’avérer plus compliqué.

Pourtant, pratiquer une activité sportive et/ou de loisir est intéressante pour le bon développement de tous les enfants. Avec ou sans besoins spécifiques et donc pour ceux souffrant de TDA(H) aussi.

La plongée, un choix d’activité judicieux pour un enfant diagnostiqué TDA(H) ?

L’enfant souffrant de TDA(H) aime bouger et découvrir de nouvelles choses. Emmener un enfant à besoins spécifiques explorer les fonds marins est certainement une excellente idée. Mais cela ne peut pas s’improviser.

Dans l’article 10 bonnes raisons de favoriser la plongée sous-marine chez les enfants, j’ai dressé les avantages de la pratique de cette activité outdoor chez les enfants.

Comme tout autre enfant, l’enfant dit TDA(H) bénéficiera des bienfaits de l’activité de plongée. Pour autant que l’on puisse adapter l’activité à ses spécificités et aux besoins particuliers de la plongée.

Besoins des enfants souffrant de TDA(H)

Les enfants souffrants de TDA(H) ont des besoins dits « spécifiques » que nous ne pouvons pas ignorer pour le bon déroulement d’une activité sportive.

  • Pouvoir bouger, se mouvoir est un besoin primordial pour l’enfant TAD(H) car le mouvement lui permet de stimuler son attention. Il est donc important de concevoir l’activité de plongée sans moment trop long d’immobilité. (Pas de cours théoriques à rallonge mais plutôt de la théorie directement dans la pratique)
  • Recevoir rapidement et régulièrement du feed-back : à la fin de chaque session, l’enfant a besoin de recevoir un feedback précis de son action : quels sont les points à améliorer mais, et surtout, quels sont les points positifs observés par le moniteur durant la leçon.
  • Recevoir des renforcements positifs : lorsqu’il réussit à réaliser un exercice, à rester calme, … il est important de renforcer le comportement. Cela peut passer par une activité qu’il apprécie particulièrement en fin de cours, …
  • Privilégier l’action à la discussion. Avec un enfant souffrant de TDA(H), plus qu’avec n’importe quel autre enfant (même si cela est profitable pour tous les enfants 😉 ), utilisez des consignes courtes et claires. Bannissez les longs discours, allez directement droit au but avec précision.
  • Écoute active : technique très efficace avec les enfants en règle générale, l’écoute active prendra ici tout son sens ; écoutez l’enfant avec attention et renvoyez-lui ce que vous comprenez de ce qu’il vous dit
  • Stimulation pour se remotiver
  • Être rassuré => la routine est aussi rassurante 😉

La plongée avec un enfant TDA(H), une activité sous conditions

Les moniteurs sportifs et autres bénévoles ne sont pas (toujours) formés pour encadrer ces enfants aux besoins particuliers qui sont encore parfois vu comme des enfants « mal éduqués ».

L’intégration dans un groupe peut également être source de difficultés pour ces enfants qui « dérangent »

Aussi, dans un soucis de réussite de l’activité, il nous faut bien sur prendre en compte les besoins spécifiques des enfants souffrants de TDA(H). Pour cela, il est essentiel également de se tourner vers des professionnels expérimentés et sensibilisés. S’ils ne sont pas habitués à la problématique de votre enfant, n’hésitez pas à communiquer avec les moniteurs de plongée sur ce sujets. C’est tellement mieux quand on comprend de quoi il en ressort.

Conditions pour plonger avec un enfant souffrant de TDA(H) sont

  • L’accord de son médecin
  • Encadrement de qualité, voir des cours en individuel pour débuter
  • Réalisation d’un suivi de progression régulier voir journalier
  • Un suivi régulier avec le médecin ET avec les moniteurs
  • Réfléchir à mettre en place des actions pour focaliser son attention sous l’eau

Et surtout, une belle dose de patience, de courage,… Et beaucoup d’amour et d’humanité de la part des moniteurs qui l’encadreront. Mais également des parents qui accompagneront l’expérience de leur enfant.

En 2018, notre société doit être inclusive pour tous les enfants quelques soient leurs difficultés ou particularités.

Votre enfant est diagnostiqué TDA(H) et fait de la plongée ? Vous êtes confronté à cette problématique dans votre club ? Racontez nous cela en laissant un commentaire directement ci-dessous… ça me fera plaisir d’échanger en direct avec vous sur cette problématique importante pour nos petits loups

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux / heureuses 🤗

Hélène

Vous aimez cet article ? Vous aimerez surement les autres aussi. Pour être tenu au courant, abonnez vous au blog et à la page Facebook Different Dive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.