Pourquoi la plongée de papa n’existe plus

Ils font partie des pionniers du monde de la plongée, ont vécu des expériences que nous ne voudrions (pourrions) pas imaginer aujourd’hui et ont transmis leurs savoir-faire et retours quelque fois malheureux d’immersions d’un autre temps

Ils plongeaient sans gilet, par la suite avec une Fenzi, se protégeaient du froid avec des combinaisons rigides, utilisaient des détendeurs durs, portaient sur leurs dos des bouteilles avec une « réserve » (vous non plus vu n’avez jamais vu ça ?) … et plongeaient forcément aux tables puisque les ordinateurs n’existaient pas.

Ils descendaient à -40 m parfois dès leur première plongée, faisaient des remontées sans embout, s’entraînaient à respirer sur des bouteilles sans détendeurs, …

Il y a eu des « pertes » mais heureusement la plupart d’entre eux ont traversé cette époque des débuts de la plongée « loisir » et sont encore vivants aujourd’hui.

Volontairement, je parle d’eux au masculin car, il faut bien le dire, la plupart étaient des hommes jeunes, en bonne santé et plutôt sportifs.

Il leur fallait une bonne forme physique pour plonger dans les conditions parfois extrêmes auxquelles ils pouvaient être soumis.

J’ai un grand respect pour tous ces pionniers de la plongée loisir qui ont parfois payé cher le prix du peu de connaissance en matière d’immersion de l’époque et du matériel de plongée rudimentaire.

Cependant, si la plupart d’entre eux ont évolué avec les connaissances et le matériel à disposition, force est de constater que certains restent nostalgiques d’une époque révolue et continuent parfois à s’attacher à des concepts et/ou comportements en plongée qui n’ont plus aucune raison d’exister aujourd’hui.

Ceux-là continuent de plonger « à l’ancienne » (quand ils ne l’enseignent pas), ne prennent pas en compte le temps qui passe (et qui s’inscrit dans leur condition physique ), se bornent à plonger avec un matériel désuet ou usé, … et se retrouvent parfois dans la presse des annonces d’accidents de plongée où la personne est un plongeur de plus de 50 ans… pourtant expérimenté.

Ils ont connu la plongée comme nous ne la connaîtrons jamais.

Mais qui leur dira aujourd’hui, que la plongée de papa n’existe plus ?
(… Et que c’est surement très bien comme ça)

Ne restez pas enfermés dans vos connaissances, ne prenez pas pour acquis tout ce que l’on vous dit, n’ayez pas peur de changer d’avis, faites voyager votre esprit et utilisez votre sens critique pour évoluer vous aussi avec le monde de la plongée… pour plus de plaisir en toute sécurité

Et surtout… n’oubliez pas d’être heureux/heureuses 🤗

Hélène

[A LIRE AUSSI  : PLONGEE POUR LES SENIORS : 10 BONS CONSEILS POUR UNE EXPERIENCE EXCEPTIONNELLE]

  1. Bonjour Hélène,

    J’ai vu il n’y pas longtemps un reportage en noir et blanc sur la plongée qui date des années 60, il est vrai qu’à l’époque les plongeurs prenaient beaucoup plus de risques que maintenant alors que les connaissances étaient moins évolués qu’aujourd’hui, la plongée s’est ouverte à un plus grand public et c’est tant mieux car je ne me sens pas capable de faire ce qu’ils faisaient à cette époque là, qui sait peut être que dans 20 30 ou même 40 ans les ADD, suppressions pulmonaires et autres barotraumatismes auront totalement disparus et peut être même qu’il sera possible de faire des plongées profondes sans avoir à faire de paliers de décompression, Et à ce moment là c’est nous la génération actuelle qui auront fait de la plongée à papa.

  2. Je ne comprends pas cet article . Il y a 45 ans , je plongeais sans gilet , Avec mes tables MN liées au bras , et un profondimètre à ressort . A ma seconde plongée , j’étais à 55 m …. . Mais ne pas nous prendre , moi et mes amis de l’époque , pour des débiles pour autant . Nous étions simplement BIEN dans l’eau . Et bien évidemment que j’ai (nous) suivi les évolutions technologiques . Bien évidemment que j’ai (nous) absorbé toutes les nouvelles connaissances . Ce n’est pas parcequ’on a plongé « à la papa » que l’on est nécessairement structurellement sénile ni suicidaire . Nous avons eu la chance de défricher …. et je ne crois pas que ce soit une tare . Et à contrario quand je vois maintenant des « branchés » faire le Rubis au Trimix , je rigole …. visiblement certains ne comprennent pas l’équilibre qu’il faut trouver pour se sentir bien dans un milieu où on n’est qu’en survie …. .

    1. Bonjour Pierre
      Loin de moi (très loin d’ailleurs) l’idée de prendre les pionniers de la plongée loisir pour des débiles, séniles ou autres suicidaires. Comme tu l’as dit, vous avez eu la grande chance de « défricher »
      Je pense qu’au début de la plongée, les personnes faisaient avec les moyens et connaissances de l’époque… et c’est bien normal.
      Ce que nous faisons aujourd’hui en 2018 en plongée fera surement rire les prochaines générations.
      Tout comme toi et les autres pionniers avez évolué avec les nouvelles connaissances et les améliorations du matériel de plongée, les plongeurs et plongeuses qui débutent aujourd’hui, évolueront avec le monde de la plongée de demain.
      Ce qui me pose plus question, c’est de voir certaines personnes qui s’accrochent becs et ongles à du matériel dépassé et/ou des méthodes anciennes que l’on sait actuellement ne pas être sécuritaires se mettant en danger et impliquant leur palanquée.
      J’ai très récemment vu un plongeur avec une Fenzi, une bouteille à réserve et une combinaison d’un autre temps se mettant à l’eau dans une mer du Nord chahutée. J’ai d’abord cru à une plongée de type « plongée ancienne » pour le fun avant de devoir me rendre à l’évidence qu’il plongeait toujours comme cela. A une époque où les manomètres, les gilets et autres ordinateurs permettent une plongée plus sécurisée (et plus confortable), il me semble que cela pose question
      Je te souhaite de très nombreuses plongées à venir et te remercie sincèrement de ton partage

  3. T’as oublié la MN 60 30′ à 40m,les palmes en bois,le détendeur en silex,la super lourmais de spirotechnique etc…
    Je plonge encore aujourd’hui plus sécu mais toujours a l’air et un peu de nitrox.

    1. Dumas, tu me fais rire avec le détendeur en silex et les palmes en bois 🙂
      Bien contente de lire que tu plonges encore aujourd’hui (oui mais depuis quand ?) mais de manière plus sécu
      Bien contente de lire que, comme la très grande majorité des personnes, tu as su adapter ta pratique avec les connaissances actuelles sur la plongée sous marine

  4. En France, en 2018, dans la fédération du pays qui a inventé la plongée (la célèbre et immortelle FFESSM), on fait toujours des remontées sans embout lors du passage du niveau 4, et c’est très bien comme ça ! (J’ai vraiment adoré cette épreuve, qui te forçe à mieux comprendre ton corps et tes émotions et te rends beaucoup plus serein si une panne d’air arrive…)

    1. Bonjour Robin,
      On fait des remontées… puis on ne les fait plus… on les remet dans le programme…puis on les interdit pour cause d’accident…puis on les remet à l’ordre du jour mais sur tirage au sort qui doit implicitement déterminer que ce ne sera pas cet exercice…
      La célèbre et immortelle FFESSM semble avoir bien du mal à se décider sur ce coup là 😉

      1. Ce n’est pas faux !
        Au moins comme ça on a pu vérifier que tu suivais avec attention les évolutions du la fédé la plus chauvine du monde 😉

  5. plus de 50 années de plongée. ..avec du matériel spirotechnique ,détendeur Mistral.et gilet Fenzy etc….matériel photo Nikonos….c’était dingue….nous avions des tables de décompression fixées ou plutôt collées sur la jambe de la combinaison en néoprène….toute une époque. …et je plonge toujours avec autant de plaisir…et peut être plus de…sécurité

    1. Bonjour Paul,
      Donc tu fais partie de ces pionniers, BRAVO 🙂
      J’imagine la partie photo et les combinaisons en Néoprène rigides …
      C’est agréable de lire que tu plonges avec toujours autant de plaisir et plus de sécurité.
      Peut-on dire dès lors que tu as fait évoluer ta pratique avec le temps ?

  6. Bonjour Hélène ,
    Ton post est assez ciblé plongeur de plus de 50 ans, alors qu’il serait plus juste d’écrire « plus de 60 », dont je fais partie. En effet nous avons appris à plonger (pour ceux qui ont appris…) avec des méthodes que l’on peut qualifier de « militaires » , avec des exercices assez gratinés comme tu le signales dans ton post. En regard des connaissances du moment, il n’y avait rien à redire, et il est vrai que nous étions assez sportifs tout en ayant une grosse tendance à la fête, jeunesse oblige. C’est au moment où, commercialement, on a décidé de faire de ce sport un sport de masse que l’on s’est intéressé à la physiologie de la plongée appliquant les connaissances du monde hyperbare . Ce mouvement initié par les anglo saxons voulait ramener le risque plongée au même niveau que le bowling. Ce qui réussit … au bout du compte nous sommes arrivés à une activité presque comme une autre. Faut-il s’en plaindre ? Vaste question … pour ma part , j’adapte ma pratique à mon âge, conformément aux connaissances du moment. Maintenant à partir du moment que l’on a une condition physique correcte, qu’au niveau cardio vasculaire tout est bon , il n’y a pas vraiment d’interdits , mais simplement des précautions à prendre.

    1. Bonjour Pascal,
      Merci pour ton retour
      Cet article ne se voulait pas ciblé pour les plus de 50 ans (c’était juste l’exemple des accidents dans la presse), j’ai du mal m’exprimer, mais pour tous ceux (et toute celles, il y en a ) qui ont connu les débuts de la plongée loisir
      Ton partage est intéressant et illustre parfaitement ce que je voulais exprimer.
      Lorsque tu dis « j’adapte ma pratique à mon âge, conformément aux connaissances du moment »… cela me semble la juste attitude à avoir. Inutile de s’entêter à vouloir plonger avec du matériel d’une autre époque, des procédures dépassées,… même si cela a été le cas des années auparavant et que cela s’est bien passé.
      Aujourd’hui, nous avons l’occasion de plonger avec un risque très diminué si nous respectons certaines précautions. Cela permet non seulement aux plus âgés d’entre nous de continuer à plonger mais également à d’autres de commencer cette activité en toute sécurité, sur le tard avec les attentions particulières à prendre en considération au regard de leur âge.

    1. Bonjour Hélène je oui moi aussi j’ai connu la fenzy et ma prémiere combinaison de plongée c’est étais une spyrotechnique le bas de5mm et le haut 6mm j’ai fait de belles plongées a l époque et aujourd’hui a 67ans je me sent encore apte à continuer il y a encore quelques jours dans une gravière

      1. Bonjour Beck,
        Quel plaisir de lire que tu plonges toujours à 67 ans… et pour longtemps encore, je te le souhaite

    2. Bonjour Axel,
      Bien contente de voir que tu es toujours là 😉
      J’espère que tu profites avec toujours autant de plaisir de tes immersions

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.