Plonger dans le cimetière d’épaves de Mbao

Plonger au Sénégal et plus particulièrement à Dakar mériterait certainement d’être plus largement connu et exploré.

A quelques heures de vol à peine de l’Europe se trouvent des pépites de la plongée sous-marine perdues en plein océan au large de la côté sénégalaise.

Avant de choisir le bon moment pour aller plonger au Sénégal, il est utile de se renseigner sur son climat particulier. En effet, ici les saisons les plus marquées sont la saison sèche (octobre à juin) qui peut voir souffler un vent de sable desséchant (harmattan) et la saison humide (juillet à septembre) ponctuée par de pluies parfois diluviennes mais qui marque le retour d’une végétation luxuriante. Il est dès lors important de planifier sa visite. C’est peut-être la période de novembre à mai qui offre les meilleures conditions pour s’y rendre. Bien qu’il soit possible de profiter du Sénégal à d’autres saisons.

Le Sénégal c’est avant tout l’Afrique et la multiplicité des expériences que l’on peut y réaliser.

Rencontre d’une population bien sûr mais aussi expéditions vers des sites inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO tels que les îles de Goré et de Saint-Louis, le delta du Saloum, le parc national du Djoudj ou encore le rite d’initiation mandingue (Casamance) Kankourang. D’autres découvertes comme le Lac Rose, le village de pêcheurs de Mbour ou l’apprentissage de la Kora feront des heureux.

Arrivée à Dakar

Dès l’arrivé à Dakar, l’ambiance africaine surprend et étonne. Car nous voilà enveloppé dans ce mélange d’odeurs et d’ambiance si caractéristiques de ce grand pays africain. Les couleurs, les senteurs et les sons se mêlent dans un joyeux brouhaha qui dépayse d’emblée les non-initiés. C’est aussi le cas de la chaleur lourde de la saison des pluies peut les surprendre.

 

Le temps des plongées

A peine le temps de se rendre à son hôtel et de s’acclimater aux températures que le moment est déjà venu de s’immerger dans les fonds de cette partie de l’océan.

Après un rapide check du matériel de plongée (le mieux restant d’emporter son propre matériel), c’est le début d’une nouvelle aventure. Point de vue isolation thermique, une combinaison 3 mm est généralement suffisante de juin à décembre. Mais il faudra peut-être sortir la semi-étanche de février à avril pour les frileux et frileuses dont je suis. Il ne reste dès lors plus qu’à ajuster son masque et sortir l’appareil photo pour en prendre plein la vue.

Pas moins d’une cinquantaine de sites de plongées sont répertoriés aux alentours de la capital sénégalaise. Incroyable, n’est-ce pas?  Mais c’est plus particulièrement des plongées sur le cimetière à bateaux de Mbao dont j’ai envie de vous parler.

 

© Differentdive | DDIVE

Le cimetière d’épaves de Mbao

Initié au début des années 80, à Mbao, un programme gouvernemental a contribué à couler des bateaux sur des fonds sablonneux. Ce projet avait pour but d’une part d’empêcher le chalutage dans les zones côtières et d’autre part de créer des récifs artificiels permettant le développement de la vie sous-marine (ce qui a également fait le plaisir des plongeurs).

Une des perles de ce programme réside dans la création du plus grand récif artificiel des côtes sénégalaises, le cimetière d’épave de Mbao à trois km du village du même nom.

Véritable trésor sous-marin, ce site a été créé au départ de bateaux destinés à la casse. Très vite, il deviendra un refuge pour la faune et la flore et un lieu riche d’une incroyable biodiversité. Algues, anémones, moules et balanes ont colonisés depuis longtemps ces épaves qui sont devenues d’importantes zones de frai pour les poissons pélagiques et ceux vivant sur les fonds sableux.

 

Plonger au milieu des épaves

Du côté des plongeurs c’est un plaisir de pouvoir passer d’une épave à l’autre. Satisfaction aussi de suivre ce long récif artificiel riche en ferraille et en vie sous-marine. Etendu sur une distance longue de plusieurs dizaines de mètres, ce chapelet d’épaves est un vaste lieu d’amusement pour les plongeurs et plongeuses. Ceux-ci viennent explorer les fonds sous-marins au départ de Dakar.

Avec une profondeur n’excédant pas 10 m, plonger au Sénégal dans le cimetière d’épave de Mbao est accessible aux plongeurs et plongeuses de tous niveaux. En ce compris les enfants qui peuvent s’initier à la plongée sur épaves.

Une vie sous-marine riche…

Côté faune, vous pourrez croiser des mérous, badèches, chirurgiens, poissons-anges, poissons perroquets, poissons-papillons mais aussi des murènes ou encore des bancs de demoiselles.

Si vous aimez les plus gros, en allant plonger au Sénégal, vous ne serez pas déçu. Vous pourrez par exemple apercevoir des raies pastenagues, barracudas, et des carrangues. Avec un peu de chance il n’est pas impossible de croiser des tortues, des raies aigles ou encore des requins nourrices.

Il paraîtrait même que des raies mantas peuvent s’aventurer parfois jusque-là.

Attention, si le site n’est pas vraiment exposé au courant, la visibilité n’y est pas toujours excellente, à bon entendeur…

… mais en danger

La richesse de la biodiversité est évidente et très présente sur ce site. Néanmoins elle est mise en danger aujourd’hui car le cimetière d’épaves de Mbao constitue également un dépôt important de ferraille. Cuivre et bronze attirent en effet de nombreux locaux depuis l’explosion du prix du fer et du cuivre. Dès lors, les habitants plongent sur les épaves pour récupérer et revendre les matériaux. Ce faisant, ils détruisent petit à petit cet impressionnant récif artificiel. Alors que les plongeurs se désolent de ces actions de récupérations illégales de métaux, ce sont surtout les pêcheurs locaux qui sont impactés. Les poissons commençant à déserter le récif depuis quelques temps. D’autre part, il devient plus difficile de remplir les filets et les pêcheurs de Mbao doivent se résoudre à aller plus au large.

L’Océanium

Heureusement, des initiatives comme celle du développement de zones de pêches protégées sont prises actuellement pour sensibiliser la population car c’est l’ensemble de la communauté qui est touchée. Haidar el Ali, le propriétaire du club de plongée OCEANIUM (aujourd’hui en travaux pour une durée…indéterminée) et ancien ministre des pêches et de l’écologie est un des grands acteurs de ces initiatives.

En attendant, plonger au Sénégal sur le chapelet du cimetière de Mbao et peut-être découvrir des Yets dans le sable blond reste une expérience originale dans cet océan encore empli de merveilles.

 

© Dany Luyckx

Si le site du cimetière d’épave de Mbao est un spot intéressant à découvrir, il existe une multitudes d’autres idées de spots de plongée à explorer à Dakar.

Trois de mes préférés :

  • L’île de la Madeleine :

    Malgré une profondeur maximum de 21m le site est réservé à des plongeurs confirmés principalement à cause de sa difficulté d’accès, à son environnement complexe (arches, failles, …) et surtout aux courants qui peuvent être violents.

  • Epave du Tacoma :

    Un vrai site pour plonger au Sénégal peu importe votre niveau. La profondeur varie de 7 à 17m. L’épave git sur un fond sableux et présente encore une forme tout à fait reconnaissable même si fort écrasée. La plongée sur le Tacoma est un vrai plaisir. En effet, elle permet aux plongeurs de tous niveaux d’observer une faune très riche et représentative de cette partie de l’océan. C’est également un site où il est possible de voir « du gros ». Lors des plongées il est courant de trouver de nombreuses raies gigantesques qui se reposent posées à même le sable. C’est un de mes sites préférés à Dakar, je pourrais y plonger encore et encore sans m’en lasser 🙂

  • Chalutier russe « étoile rouge » :

    Magnifique épave de presque 100m de long. Le Chalutier russe est entièrement posée sur son flanc à une profondeur de 32 m. L’épave, coulée en 2005 est riche en faune et permet l’observation de sa structure : château en place, hélices énormes, … attention aux cales qui sont accessibles mais dangereuses. Ici c’est certainement l’ambiance générale particulière de ce bateau « fantôme » qui semble venu de nulle part pour s’offrir peu à peu à votre regard qui est le plus impressionnant. Attention, sur ce chalutier, les plongées sont réservées à des plongeurs confirmés (profondeur et courant).

Plonger au Sénégal et découvrir les fonds sous-marins de Dakar est une expérience qui permettra sans aucun doute de se fabriquer de merveilleux souvenirs à confronter le soir autour d’un brasero en mangeant du poisson grillé avec les pêcheurs tout en sirotant une savoureuse Gazelle (bière locale).

Personnellement, j’ai adoré la plongée en mode sénégalaise et je rêve de pouvoir y retourner prochainement.

Alors prêt pour partir à l’aventure ?

Vous avez déjà été plonger au Sénégal ? Partagez-nous vos spots de plongée préférés dans un commentaire ci-dessous

Et surtout,… N’oubliez pas d’être heureux 😃

Hélène

Retrouvez ici d’autres idées de destinations spéciales plongée

© Dany Luyckx
  1. Bonjour Hélène,
    Joli article pour donner envie de plonger à Dakar. Cette destination est trop méconnue pour la plongée et pourtant comme tu le dis entre les nombreuses épaves de chalutiers, les sites rocheux (tombants et secs) et les incroyables crayons basaltiques de Semions, tous les plongeurs y trouveront leur compte.
    La meilleure période pour venir plonger au Sénégal est de Fin Avril à Novembre. Nous sommes dans les conditions changeantes de l’océan atlantique mais nous pouvons avons des visi de plus de 40 mètres …
    Je vous encourage à vous renseigner ou de contacter notre centre de plongée à Dakar, le @Barracuda Club Dakar ou visiter notre page Facebook ou notre page internet : http://www.barracuda-club-plongee.com
    Bonnes Bulles
    Franck

    1. Bonjour Franck,
      J’ai visité ton site internet qui me donne bien envie de venir vous dire bonjour là-bas dans cet océan bordant les côtes sénégalaises que j’aime beaucoup.
      Tu parles de la bonne saison de fin Avril à Novembre. Mais en septembre, n’est-ce pas aussi une saison où il peut y avoir de (très) fortes pluies ?
      Perso j’ai plongé il y a quelques années au Sénégal fin octobre début novembre, c’était une très belle période ensoleillée 🙂
      Merci pour ton partage et bon début de bonne saison de plongées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.