Test matériel : découvrir un gilet de plongée résolument différent

Gilet Rogue Aqua Lung, et si on le testait ?

Pour ce test portant sur les gilets de plongée orientés voyage, c’est la société Aqua Lung, leader mondial du matériel de plongée, qui relève le challenge en me proposant de tester son gilet Rogue.

D’emblée, ce type de matériel d’apparence ultra léger me parait surprenant. En effet, j’ai plutôt l’habitude d’être engoncée dans du matériel épais, lourd et composé de nombreux éléments. Dès lors que je plonge habituellement en eau froide, mes repères sont différents.

Alors bien évidemment, ce gilet tout fin aiguise ma curiosité.

Le test en image :

Première surprise : le montage du gilet Rogue Aqua Lung

Mon gilet Rogue arrive par la poste en ligne direct de l’entreprise Aqua Lung que j’avais visitée en août 2018 et dont je vous avais fait le récit.

La première surprise est le poids du colis : vraiment, il y a un gilet de plongée là-dedans ?
Quelque peu impatiente de découvrir le gilet Rogue, je ne tarde pas à ouvrir la boite. Et là, surprise, je me retrouve devant un gilet… en pièces détachées.

C’est que le gilet Rogue se mérite. Il me faudra retourner à mes compétences de pro du Lego pour arriver à l’assembler sans trop de mal. Mais pas de craintes, même si le mode d’emploi n’est pas optimal, il y a moyen de rapidement comprendre la logique du montage. Ok, je le reconnais j’ai fait une erreur au premier essai.

Finalement, le montage et le démontage se font simplement surtout en ce qui concerne les bretelles. Ce qui permet de faire rentrer le gilet dans un petit bagage de cabine. Pratique pour ceux et celles qui ne veulent pas voyager « lourd ». 

Comme l’ont remarqué des internautes, je dois noter que chaque élément est emballé individuellement dans du plastique. Ce qui, à l’heure actuelle et face aux préoccupations écologiques devrait bien entendu être fait autrement.

Le gilet Rogue rentre mis dans un bagage cabine avec un détendeur, un masque et un ordinateur
Si petit qu’il laisse encore de la place pour le reste dans un bagage cabine | © Different Dive

Un design résolument moderne… 

Je n’ai pas choisi la couleur mais il faut reconnaitre que mon gilet Rogue Aqua Lung a de l’allure. Moi qui espère depuis longtemps des coloris en plongée, je tombe d’emblée en amour pour le look de ce gilet. Même si habituellement, je ne porte jamais de rose.

Aqua Lung semble avoir bien réfléchi sur la question en proposant un gilet rose et blanc. Mais que les amateurs d’autres coloris ou des noirs et autres gris se rassurent, il est également disponible en noir avec des enveloppes optionnelles en mauve-rose, bleu, jaune et même orange.

Le Gilet Rogue Aqua Lung prêt à être utilisé
Prêt pour plonger ? | © Different Dive

Initialement prévues pour le marché asiatique (je dois vraiment aller faire un tour là-bas), les couleurs envahissent enfin le marché européen. Lentement puisqu’au moment du test (mars 2019), l’enveloppe colorée assortie n’était pas encore disponible. 

… et minimaliste

Le Gilet Rogue est un gilet compact d’apparence “tout petit” au look minimaliste. Ici, pas de boucles en tous sens, de poches pas très utiles ou autres gadgets. Le gilet Rogue va à l’essentiel et remplace la quasi totalité des boucles métalliques. Sur les bretelles et les poches latérales, des attaches de type Daisy chains en tissu (utilisées en trekking par exemple) ou de type Molle sont utilisées. 

Pour y fixer le matériel, les crochets doivent être remplacés par des élastiques pour plus de facilité.

Pas de sangle ventrale en scratch venant en dessous de celle avec l’attache. Mais deux poches latérales dépliables pour y mettre ce que vous le voulez. (Et si c’étaient les déchets que vous voulez ramener en surface dans une opération de « nettoyage » ?).

L’idée est clairement d’être le plus léger possible pour atteindre un poids de 2,2 kg. 

Je vous le dis… avec le Rogue on va à la plus simple expression du gilet de plongée. 

L’heure de l’essayage du gilet Rogue Aqua Lung

Deuxième surprise. Alors que je pose le gilet sur mon dos c’est une totale impression de liberté que je ressens.

Incroyable, j’ai le sentiment de ne pas avoir de gilet sur le dos.

Bien évidemment, j’espère que la sensation sera la même en plongée.
En attendant, je constate que, comme les différents éléments sont montés sur des rotules (en matière plastique), le gilet Rogue s’adapte parfaitement à ma morphologie.

Il faudra bien entendu voir si avec le temps toutes ces fixations tiendront le coup.

Test du gilet Rogue Aqua Lung en combinaison semi-étanche : sous le soleil égyptien 

C’est dans les eaux claires et pas trop froides de la Mer Rouge que je ferai le test du gilet Rogue au début du mois de mars. Comme l’eau est à 22 degrés à cette saison, je plongerai en combinaison semi-étanche 7mm. 

Le look

De nombreux plongeurs et plongeuses s’arrêtent pour regarder mon gilet Rogue. Avec son coloris blanc et rose, il se fait remarquer auprès des autres. J’ai hâte de le voir plus tard avec son enveloppe assortie : ça doit être top pour les photos.

Le Gilet Rogue Aqua Lung au milieu d'autres gilets de plongée
Un look qui se différencie vraiment | © Different Dive

Le montage du bloc

C’est la première fois que j’utilise un gilet de plongée avec un système de fixation de type GripLock™.

Ne riez pas, mais je dois m’y reprendre à plusieurs fois pour arriver à régler la longueur de la sangle pour une fixation optimale. Je finirai par coucher la bouteille pour plus de facilité… Sous le regard amusé du personnel du centre de qui je refuse l’aide : c’est sérieux un test !
Cependant, malgré mes premiers déboires, j’y arriverai non sans une certaine fierté.

Il faut reconnaître qu’une fois la sangle réglée à la bonne dimension, ce système est super pratique. Pourvu que vous ne changiez pas de dimension de bouteille…

Détail : lors de la préparation de mon matériel, je n’avais pas été attentive au fait que mon octopus était monté à gauche et ne pourrait donc pas profiter de l’espace réservé à sa fixation sur le gilet Rogue. J’utiliserai alors les sangles de type Molle pour l’accrocher.
Bande d'accroche de l'octopus
Sympa le système pour l’octopus, n’est-ce pas ? | © Different Dive

Les possibilités de lestage du Gilet Rogue Aqua Lung

Le lestage est un point important du confort et de la sécurité en plongée.
Le gilet Rogue dispose de deux possibilités d’inclure du lestage :

  • Les 2 poches à lest largables (2 x 4,5 kg) qui se clipsent sur le côté de manière très simple avec le système SureLock II™ (breveté).
  • Les 2 poches à lest supplémentaires (2 x 1,5kg) qui sont fixées dans le dos

Je ne plonge que rarement en semi-étanche et encore moins lorsque je plonge en mer « chaude » et salée. Je vais devoir me lester en conséquence.
Bien que je pensais que la contenance de 9kg prévue dans les poches à lest du gilet pourrait suffire (ce qui a fait sourire le Divemaster), ce ne sera pas le cas. Ma semi-étanche et le bloc aluminium m’obligeront à ajouter du lest dans les deux poches latérales puisque je ne disposais pas des poches de lest supplémentaire.

Les poches largables sont faciles à fixer tant que le gilet n’est pas sur le dos. De par leur positionnement à l’arrière, une fois le gilet mis, il vous faudra demander l’aide de votre binôme. Inversement, elles sont un peu difficiles à retirer sur un gilet déposé près de vous et très faciles à enlever lorsque le gilet est sur le dos. Il suffit alors de les tirer d’un mouvement sec vers le bas. Attention toutefois, lorsqu’elles sont remplies au maximum, au moment où elles sortent, il est possible de se râper quelque peu les doigts.

Un confort lors de l’équipement

Il est temps d’enfiler le gilet Rogue pour s’immerger.

Autre mouvement, autre surprise… agréable.

Etant donné que les bretelles sont très larges, il est vraiment aisé d’enfiler le gilet sans aucune difficulté. Pratique pour ceux et celles qui ont des problèmes d’épaules et/ou qui accrochent systématiquement leur ordinateur de plongée ou leur Buddy Watcher à ce moment-là.

Envergure des bretelles du gilet Aqua Lung
Des bretelles aussi larges, ça existe vraiment ? | © Different Dive

Comme les poches à lest largables sont situées à l’arrière, elles ne poussent pas sur les hanches. En tant que femme, j’apprécie. De même, le système SureLock II™, avec son click sonore, ne laisse aucun doute sur la bonne fixation des poches largables.

La plongée avec mon gilet Rogue Aqua Lung

Bien sûr, c’est le moment le plus important : le gilet Rogue tient-il ses promesses une fois arrivé dans l’eau ?

La réponse est OUI, OUI et encore OUI.

Pendant la plongée, le gilet se fait complètement oublier.
C’est comme si vous plongiez sans gilet tellement l’impression de liberté de mouvement est totale.

Hélène en plongée
C’est parfait, quoi d’autre ? | © Different Dive
Alors qu’il reste parfaitement stable, j’ai pour la première fois de ma vie de plongeuse l’impression de ne pas avoir de gilet sur mon dos. 

C’est incroyable (d’ailleurs je n’en revenais pas moi-même). 

Malgré son apparence “tout petit”, le gilet tient ses promesses en plongée autant avec un bloc de 12 litres qu’avec un de 15 litres. Je reconnais qu’à la vue de mon gilet près de la 15 litres, j’étais interrogative. Et au final, pas de problème, c’est nickel même pour la tenue en surface qui est parfaite.

De plus, lorsque je vide le gilet, l’enveloppe se rétracte vers l’intérieur disparaissant presque totalement. Ce qui confère au gilet Rogue un hydrodynamisme réel.

Hélène savoure sa plongée en Mer Rouge
Une impression de liberté | © Different Dive
Remarque : je dois noter tout de même que sa flottabilité dorsale n'en fait peut être pas un gilet pour les débutants qui seront éventuellement plus à l'aise avec un gilet de type "enveloppant".

Les tests complémentaires

J’avais prévu de tester le gilet Rogue en eaux chaudes dans l’optique d’une utilisation de type voyage.
Pourtant, j’ai tellement apprécié son utilisation que j’ai voulu le tester également dans d’autres conditions. 

En combinaison étanche : dans les carrières de Belgique

En toute honnêteté, j’avais des doutes pour une utilisation du Gilet Rogue Aqua Lung avec une combinaison étanche comprenant l’entièreté de mon matériel habituel.

Il faut dire que la plongée en combinaison étanche est très différente en termes d’encombrement : souris épaisse, combinaison plus large, lampes de plongée avec batteries (c’est souvent sombre les carrières belges), gilet chauffant et sa batterie extérieure,…Comme ce fut le cas notamment lors de cette plongée (vidéo à l’appui).

Pourtant, malgré mes doutes, le Gilet Rogue a largement tenu ses promesses. Et j’ai ressenti le même sentiment de liberté de mouvement qu’en mer chaude. De plus, ses larges bretelles permettent d’enfiler le gilet facilement sans aide du binôme.
Cependant, je n’ai pas trouvé de manière pratique et confortable d’y fixer la batterie de mon gilet chauffant (qui doit être visible). J’ai donc du effectuer les réglages “à l’aveugle”. Il me semble que c’était une limite de sa conception avec réduction drastique des boucles métalliques. Même si je dois reconnaitre que peu de plongeurs et plongeuses utilisent un gilet chauffant lors de leurs immersions. 

Autre inconvénient plus ennuyant avec un lourd équipement : le système d’ouverture de la bretelle.

Prévu pour pouvoir se décapeler rapidement, cette attache présente l’avantage de pivoter en tous sens grâce à sa forme ronde. Ceci participe à la sensation globale de liberté, de ne pas avoir de gilet sur le dos.
Cependant, si l’attache est facile à fermer, il est très difficile de l’ouvrir. Il faut en effet pousser assez fort, ce qui est compliqué notamment si le gilet est encore sur notre dos.

Bien heureusement, grâce aux larges ouvertures des bretelles, je n’ai pas du utiliser cette attache.

En eau (vraiment) chaude, combinaison 3mm : plongées en Jamaïque

Étonnamment, c’est avec une combinaison 3mm dans l’eau vraiment chaude de Jamaïque que le gilet s’est montré moins performant en bougeant sur mes épaules.

La raison en était assez simple : comme je suis plutôt grande mais avec une taille marquée, je dois bien souvent prendre un gilet de taille S en eau chaude afin qu’il soit suffisamment prêt du corps alors qu’ailleurs je plonge avec un gilet taille M.

J’ai donc un gilet pour les eaux de +/-26 degrés et moins et un gilet pour les eaux de 27 degrés et plus.

Ici, comme le gilet Rogue Aqua Lung permet une customisation importante, il me suffirait de compléter le gilet par une paire de bretelles plus petites pour pouvoir l’utiliser dans toutes les conditions avec n’importe quelle combinaison de plongée.

Deux gilets en un tour de main. Malin, n’est-ce pas ?

Gilet Rogue Aqua Lung : un gilet de plongée orienté voyage ?

Très clairement, son faible encombrement, sa légèreté et sa simplicité en font un gilet de plongée parfait pour voyager.
Mais “pas que”. 

Alors qu’il est parfait pour la plongée en eau chaude avec un équipement léger, le gilet Rogue Aqua Lung convient très bien pour d’autres types d’immersions. De la Méditerranée aux carrières belges en passant par bien d’autres environnements, le gilet est assurément un excellent produit qui surprend, plait par son faible encombrement et l’impression unique de liberté.

Hélène avec son Gilet Rogue Aqua Lung à la carrière de la Croisette
Test du gilet Rogue en eau froide | © Different Dive

Gilet Rogue Aqua Lung : en bref

Prix conseillé : 499€ (hors options)
Coloris disponibles: mauve-rose, bleu, blanc-rose, jaune, orange et gris-noir
Poids : moins de 2,2kg
Flottabilité : dorsale avec une portance de 15l
Capacité de lestage : 2 poches largables de 4,5 kg chacune
Lest supplémentaires : 2 poches additionnelles fixes de 1,5 kg chacune
Inflateur : plutôt court (prévoyez de changer votre flexible) avec un fenstop
Utilisation : toutes conditions de plongée loisir. Peut-être moins adapté aux débutants ou aux plongeurs techniques évoluant avec un matériel conséquent (bouteilles bail out par exemple)

J’adore

  • La sensation unique de liberté en plongée
  • La facilité pour mettre le gilet
  • Les rotules qui permettent au gilet de s’adapter à la morphologie… que du CONFORT
  • Le look minimaliste et coloré si on le souhaite
  • La possibilité de remplacer si besoin juste une pièce de son équipement.
  • La légèreté
Le gilet Rogue Aqualung dans le bac de rinçage en Jamaïque
Mon gilet se prélasse dans un bain au soleil | © Different Dive

J’aime

  • Le faible encombrement
  • La possibilité de composer un gilet « sur mesure »
  • Les poches largables situées à l’arrière
  • Le click sonore du système SureLock II™qui rassure sur le fait que les poches sont bien fixées
  • L’espace prévu pour l’octopus
  • Les poches latérales dépliables pour plus d’espace
  • Les détails sympathiques comme le bouchon protégeant l’embout de l’inflateur lorsque celui-ci n’est pas raccordé au gilet
Le bouchon de la connexion du tuyau d'inflateur
Un petit bouchon bien pratique | © Different Dive

J’ai un avis partagé

  • Le système GripLock™ : facile à utiliser si vous ne changez pas régulièrement de taille de bloc de plongée, il est moins simple dans le cas contraire. De même, j’ai le sentiment que je vais m’y coincer les doigts… même si son arrêt avant la fixation finale permet d’empêcher cet inconvénient.
  • Les fixations en tissus nécessitant l’utilisation d’élastiques.
  • La matière toute douce et moelleuse de l’intérieur des bretelles qui peut s’effilocher à cause du frottement.
  • L’attache pour décapeler difficile à déclipser (entre les bretelles et les poches latérales)
  • Le système de fixation entre les bretelles et le dos. Bien qu’elle soit super pratique pour le montage et démontage du gilet, elle s’est défaite une fois probablement due à la manipulation des blocs sur le zodiac. Cela risque-t-il de se reproduire ?

J’aime moins

  • Le mode d’emploi du montage (Aqua Lung pourrait peut-être bien s’inspirer d’un certain magasin d’ameublement suédois spécialisé dans les modes d’emploi)
  • L’emballage plastique de toutes les pièces du gilet.
Ce test concernant le gilet Rogue Aqua Lung s'est avéré vraiment très concluant et je n'hésiterais pas une seule seconde à le conseiller pour des plongées aux sensations uniques de liberté. Je l'ai définitivement adopté.

Vous connaissez le gilet Rogue ? Quel est votre gilet de plongée favori ?

N’hésitez pas à partager vos expériences et préférences dans un commentaire directement ci-dessous sur le blog. Je me ferai un plaisir d’échanger avec vous.

Et surtout… rappelez vous d’être heureux /heureuse 🤗

Hélène

[Vous avez aimé ce test vérité ? Plus d’articles tests ici]

Note : Je n’ai pas de partenariat particulier avec la société Aqua Lung mais elle m’a fourni gracieusement le gilet nécessaire pour ce test matériel en prenant le risque d’une critique sincère et constructive. Je teste en toute honnêteté et impartialité le matériel qui m’est proposé. N’hésitez pas à me faire parvenir les produits que vous souhaiteriez que je teste.

  1. Bonjour,

    Aucun problème pour les 15l, je n utilise quasiment que ça. Il faut juste avoir les bonnes bretelles ou sangles ventrales pour un ajustement optimum.

    1. Bonjour Gilles,
      Merci pour ta réponse.
      Avec 1,81 m et 72 kg, je pense que la taille M devrait convenir.

  2. Bonjour,
    Merci pour le test.
    Poux-tu me confirmer que le gilet peut supporter une bouteille de 15 l en acier de 21 kg ? N’est-il pas trop “leger”? Et est-ce qu’il va résister dans le temps ?
    Merci

    1. Bonjour Christophe,

      J’ai testé le gilet Rogue avec une 12 l et une 15 l alu.
      Ensuite je l’ai testé en eau froide avec une 12 l acier mais pas avec une 15 l acier.
      Je fais cela dimanche et reviens vers toi 😉
      Pour ce qui est de résister dans le temps, ce sont les mêmes matériaux que pour les autres gilets donc j’imagine que ce sera pareil.

      1. Bonjour Helene,
        Merci de ton retour.
        Après plusieurs plongées, est-ce qu’il y a des traces d’usure sur le gilet ?

      2. Bonjour Christophe,
        J’ai testé en eau froide avec une 15 l acier de 19kg, pas de soucis.
        Mais bien sur, c’est biaisé puisque je plonge en étanche et que je ne gonfle que l’étanche et non pas le gilet 😉
        Cependant, je ne vois pas pourquoi un gilet de conception légère mais avec une enveloppe de portance de 15 l ne serait pas suffisant.
        S’il était dangereux, les concepteurs du gilet Rogue auraient mentionné de ne pas l’utiliser dans certaines conditions. Ce n’est évidemment pas le cas 🙂

  3. Bonjour Hélène , merci pour cet excellent test. Je confirme que ce gilet est très facile et léger (je l ai depuis un an). Etant de type dorsal la liberté de mouvement est réellement omniprésente . Le seul reproche (qui pourtant est un argument) c est qu il s adapte à toutes les morphologies mais qu il faut racheter des bretelles ou une sangle ventrale (100 euros tout de même ) si la taille choisie n est pas complètement adaptée (ce que j ai dut faire) .

    En tous cas essayer c est l adopter !

    1. Bonjour Gilles,
      Oui, c’est vrai qu’il faut customiser le gilet Rogue et cela à un prix. Par contre, tu as ensuite un gilet de plongée qui est bien adapté à ta morphologie et là ça me plait beaucoup. Mais il est vrai que 100€ pour une sangle ventrale représente un sacré budget.
      Merci pour ton retour.

  4. Bonjour,

    J’utilise depuis peu la Rogue, je n’ai pas grand-chose à dire sur cette stab qui est pour moi excellente et je te rejoins sur ton test très complet.

    Le seul point négatif que je lui trouve c’est toutes ces options de taille (S M L) pour chaque éléments, qui doivent être achetées séparément pour faire une stab parfaite pour toutes les morphologies.
    Je mesure 1.65m j’utilise généralement du M en stab, mais ayant un peu de ventre la sangle ventral est très juste avec une combi.
    J’aurais apprécier pouvoir prendre du L pour la ventrale et le reste en M lors de mon achat.
    Du coup je me suis rabattu sur la rallonge ventrale que propose Aqualung en option, moins cher que de reprendre les 2 sangles ventrale. J’attend de la tester dans l’eau.

    Autre chose que j’ai remarqué sur internet et que tu parles dans ton test, la fixation de l’enveloppe sur le gilet.
    Dans la notice papier que tu as dans la boite de la stab, la fixation de l’enveloppe sur la brettelle de la stab passe par-dessus la fixation et plonge dans la boucle.
    Une notice sur internet montre l’inverse mais une autre photo fait comme la notice papier.
    Je ne sais pas qui a raison du coup, je fait comme la notice papier et je n’ai pas eu le souci de détachement.
    Une image du site d’aqualung montre bien la fixation qui plonge dans la boucle : https://is.gd/FoQENN

    1. Et bien merci Jean,

      Voilà la solution.
      Effectivement, suite à ton conseil, j’ai modifié la manière de fixer l’attache des bretelles à l’enveloppe et cela me semble beaucoup mieux. Je crois qu’il n’y aura plus de problème.
      Finalement, je ne dois pas être une pro des Lego et le mode d’emploi m’apparait peu clair.
      Bien heureusement pour les plongeurs et plongeuses, ils recevront très certainement leur gilet monté par leur revendeur 😉
      Mais c’est un inconvénient mineur pour ce gilet que j’aime décidément beaucoup.
      Merci pour l’astuce

  5. Excellent !

    J’utilise ce gilet quotidiennement, pour le travail donc.
    Facile a compter, je l’ai acheté en meme temps que mon nouvel ordinateur de plongée et ce dernier vient de m’informer que j’ai depassé les 500 plongées.
    Autant confirmer d’emblée la durabilité du gilet Rogue.

    J’y ai rajouté les poches optionnelles “de parachute”, une de chaque coté. la premiere pour le parachute, la 2e pour une torche compact.

    Les differentes attaches ne m’ont jamais posé de probleme. Aucune perte en cours de plongée non plus.
    Parce que je suis legerement maniaque, je demonte entierement mon gilet chaque semaine pendant mon congé pour un grand nettoyage, et je separe donc la bouée du harnais, pour rincer l’interieur avant de remonter. C’est une petite habitude a prendre mais la fixation / demontage se fait facilement et je n’ai pas encore eu de raté.

    Petit truc sympa, je me sers du trou de la sangle principale dans la bouée pour y passer mon mano, qui m’arrive ainsi sous le bras et se retrouve clipé a l’anneau gauche. ca evite de trainer.

    pour les curieux et ceux qui veulent en savoir plus sur le rogue, c’est aussi par ici 🙂
    https://is.gd/oy4EM2

    1. Merci Pierre de ton avis de professionnel,
      Super ton article, voilà donc un autre blogueur convaincu 🙂
      Tout comme toi, j’ai plutôt tendance aussi à faire très attention à l’entretien de mon matériel de plongée.
      Que l’on soit professionnel de la plongée, passionné ou amateur occasionnel, autant prendre soin de cet équipement qui nous permettra de faire de belles plongées en toute sécurité.
      Je note ton astuce pour le manomètre, mais je n’ai que des sondes de pression, donc…
      Merci pour ton retour

  6. Merci pour ton test sincère. A la recherche d’un gilet me permettant d’évoluer librement sous l’eau ( c’est quand même le but. ). Je vais probablement m orienter vers ce type de gilet. En effet évoluer avec un gilet englobant, plein de poche de crochet etc. Je le trouve encombrant.
    Merci

    1. Bonjour Alexandre,
      Comme dit dans l’article, j’ai trouvé avec le gilet Rogue ce sentiment de liberté sous l’eau, cette impression de ne rien avoir sur le dos. J’ai vraiment beaucoup apprécié cela.
      J’imagine que tu peux te faire ton avis toi-même en allant l’essayer chez ton revendeur habituel.
      Même hors de l’eau on se sent bien avec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.