Visiter Marseille sans plonger ?

Au mois de juillet dernier j’ai eu l’occasion de visiter Marseille pour la première fois.

Comme c’était dans le cadre familial, nous avions promis Didier et moi-même de ne pas plonger cette fois. Pour être sur de ne pas rompre notre promesse en invoquant des excuses et arguments très recherchés, nous avons donc laissé nos cartes de certification et autre matériel de plongée à la maison.

Après une étape à Tain-l’Hermitage pour goûter les merveilleux vins de la région, nous arrivons dans la cité phocéenne où nous récupérons les enfants qui nous y rejoignent en avion.

Le ciel est bleu et la température à l’extérieur frôle la canicule.

Histoire de se mettre dans le bain tout de suite, nous allons dans un petit bar sur la plage du Prado siroter un pastis (en vrai, un Mojito pour moi car je déteste le goût anisé) en patientant jusqu’à l’heure où l’hôtelier nous attend.

La mer devant nous s’étend et s’étire, comme un appel aux plongeurs que nous sommes, devant l’île Maïre. Nous poussons la curiosité jusqu’aux Goudes… l’ambiance est bonne et nous donne envie d’aller dans l’eau mais nos bagages sont encore bien rangés dans le coffre de la voiture.

Ce premier soir, pour donner le ton à notre séjour marseillais, nous allons admirer le coucher du soleil d’un point de vue magnifique au sud de la ville.

© DifferentDive | DDIVE

Les cinq jours qui suivent, nous visiterons Marseille sans céder à la tentation de la mer. Pour être honnête, je dois bien avouer que, résistant difficilement, j’ai proposé à Didier de se la jouer “baptême de plongée” avec un club de la région, histoire de pouvoir tout de même s’immerger.

Inutile de vous dire qu’il s’est demandé si c’était le soleil ou les apéros qui me tapaient réellement sur le système pour lui proposer de faire un baptême de plongée alors qu’il connait si bien et depuis si longtemps les sites et spots de plongée autour de Marseille.

Oui, bon, j’aurai essayé 😉

Une fois habitués aux règles particulières de conduite à Marseille; les feux de signalisation ne sont pas pour les deux roues (vélo, moto,…) et les piétons doivent certainement les confondre avec des objets de décoration, les manœuvres se font parfois dans des rues d’une étroitesse remarquable, les coups de klaxon sont légion,… nous décidons de devenir l’espace de quelques jours de vrais piétons 🙂

Mais que peut-on bien faire à Marseille si on ne plonge pas ?

Jour 1: Quartier du Panier 

S’y promener, s’y perdre un peu, prendre l’apéro tous ensemble, chiner dans les petites boutiques, discuter avec des commerçants spécialisés dans les savons, faire sourire les serveuses du restaurant de midi avec nos expressions belges, …

Descendre ensuite vers la Cathédrale de la Major et profiter un instant de sa fraîcheur et de la vue qu’elle donne sur Notre Dame de l’autre côté du port (et sur le Planier au loin… ah, adieu, Chaouen, Dominique et autres merveilleuses épaves si proches… je ne vais pas tenir).

Rejoindre le MUCEM et son architecture incroyable, si particulière. Découvrir les expositions disséminées dans son enceinte, boire un rafraîchissement sur la terrasse au dernier étage.

Emprunter la passerelle du MUCEM pour rejoindre le quartier du Panier afin d’aller déguster une surprenante glace noire à la vanille légèrement salée (iodée) chez Vanille Noire, un des glaciers les plus surprenant de Marseille.

Jour 2 : Plage des Catalans et alentours

Regarder passer le tour de France qui nous empêche de quitter le quartier où nous logeons.

© DifferentDive | DDIVE

Se baigner en plein coeur de Marseille dans une ambiance bon enfant, monter jusqu’au parc du Pharo et admirer le vieux port dans son ensemble en essayant de ne pas laisser les chapeaux et autres lunettes s’envoler par le mistral qui souffle tant.

Rejoindre l’Abbaye Saint Victor, traîner un peu dans le coin, remonter vers la Basilique Notre-Dame-De-La-Garde, grimper les milliers de marches sous cette chaleur torride (il y en avait peut-être un peu moins) et laisser notre regard se perdre dans le coucher de soleil en prenant un apéro improvisé rosé-saucisson.

En profiter pour imaginer les spots de plongée qui ne font que nous attendre au Planier ou du côtés de l’île Maïre et rêver.

Redescendre vers le Pharo et manger dans un magnifique petit resto du quartier agrémenté d’un patio très sympa : le Baron Perché fut surement une de nos meilleures découvertes culinaires de Marseille.

Jour 3 : Visiter les calanques

Pas de chance pour nous, nous étions à Marseille au moment où les incendies faisaient rage du côté de Bormes les Mimosas et Lalonde les Maures. Par mesure de sécurité, l’ensemble des calanques était inaccessible au public. Nous décidons alors de rejoindre Cassis et finalement, au lieu de visiter la ville archi bondée, nous irons nous perdre dans une mini calanque accessible près de la calanque de Port Miou.

L’eau, refroidie par le Mistral, nous glace le sang. Les grands et les petits s’essayent au saut du haut des roches, et nous profitons du bonheur de pique-niquer sous les pins avec cette vue incroyable sur la Méditerranée.

Au retour en fin de journée, rejoindre Marseille et descendre près du vieux port manger dans un restaurant Corse Le 20260 aux spécialités redoutablement bonnes : nous nous régalons !

© DifferentDive | DDIVE

Jour 4 : Partir en excursion sur les îles du Frioul

Réserver le billet de bateau la veille sur internet pour ne pas faire la file. S’asseoir à l’extérieur pour sentir le vent. Observer Marseille vue de la mer et oublier que, non, nous ne partons pas plonger. Sentir la houle (mais pas trop longtemps tout de même). Accoster sur les îles et décider de marcher jusqu’à la crique de la Pointe de la Crîne (magnifique balade) plutôt que de rejoindre les plages plus fréquentées du Nord des îles.

Se retrouver à pique-niquer avec des Marseillais pure souche et leur accent chantant, pour notre plus grand plaisir.

Se baigner à l’abri du vent et observer les poissons (forcément j’avais tout de même pris mon masque). Revenir vers le port pour reprendre le bateau et rejoindre Marseille. Décider finalement qu’il nous reste du temps et siroter un Bloody Mary (Pastis pour d’autres, je n’aime toujours pas l’anis) bien trop cher mais bien trop bon le long du quai.

Le soir, déguster une merveilleuse Bouillabaisse pour se remettre de tout cela accompagnée de son pain et de sa sauce rouille… un pur bonheur.

Jour 5 : Découvrir la Plaine

La Plaine est un endroit bien connu des marseillais. Dans le dédale de ruelles disséminées autour de la Place Jean-Jaurès, décider d’aller faire notre dernier repas là-bas. Parcourir les petites places et se perdre dans les rue. S’arrêter un instant pour écouter les musiciens de rue. S’ennivrer des odeurs de toutes les cuisines proposées par des restaurants aussi variés que colorés. Découvrir que l’on commence à attraper l’accent du sud… ou pas trop. Admirer les nombreux tags qui colorent les devantures et murs des bâtiments. Se poser à deux pas du Cours Julien au restaurant l’Arôme et passer une soirée absolument inoubliable avec un serveur aussi drôle que professionnel qui assure le show à lui tout seul pendant que nos papilles se régalent d’un repas digne d’un restaurant étoilé. Revoir une dernière fois la mer la nuit.

© memyselfaneye | Pixabay

Mais était-ce vraiment possible de résister de plonger en étant à Marseille ?

J’en suis moi-même surprise mais la réponse est OUI. Pour la première fois, je passe des vacances en bord de mer sans plonger et, mieux que cela, je prend un plaisir immense à découvrir cette ville qui me séduit.

Finalement, cette expérience m’a fait penser que cette destination est extraordinaire aussi pour les plongeurs qui voyagent avec des non-plongeurs qui n’auront pas le loisir de s’ennuyer pendant ce séjour 🙂

C’est déjà l’heure du départ. Nous replions nos bagages, déposons les enfants à l’aéroport et quittons cette magnifique cité phocéenne.

C’est sur, nous y reviendrons… c’est sur, nous y plongerons.

Bonnes bulles et n’oubliez pas d’être heureux 🙂

 

Hélène

PS : Et si nous restions connectés ? Rendez-vous sur notre page Facebook ou abonnez-vous à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.